“Les Amants de la Rivière-Rouge”, Marie-France Desmaray

CHRONIQUE
La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Cette expression vaut pour ce premier roman de 638 pages qui relie le Vieux Continent au Nouveau Monde, peu après la Grande Guerre. Paru aux éditions Presse de la Cité, « Les Amants de la Rivière rouge » est une saga romantique inspirée qui montre combien Marie-France Desmaray aime sa région (la Vendée) et les traditions culinaires. L’auteure rend hommage à ces pionnières courageuses au cœur conquérant de Vendée et des Charentes qui ont tout lâché pour s’exiler dans des contrées inhospitalières du Québec, endurant les pires difficultés financières et souffrances psychologiques pour s’acclimater et construire un nouveau foyer digne de ce nom. Le tabou de l’inceste, des secrets de familles, des épreuves, des bons sentiments, des femmes de caractère avec une foi indestructible dans leur destin. Ce sont quelques-uns des ingrédients que l’auteure, mais aussi l’animatrice de cours de cuisine, a utilisés pour concocter une recette de son cru narratif, aux saveurs du terroir français et du Manitoba, province située à l’ouest de Québec. Cette fiction très documentée pourrait être un récit de vie, tant il s’ancre dans la terre et le quotidien de ces petites gens qui quittaient leur misère pour, souvent, en retrouver une autre ailleurs. Dépaysement assuré !

Lire la suite →

“La maison de Petichet”, Evelyne Dress

CHRONIQUE
“La maison de Petichet” ouvre avec fracas ses portes à un amour infernal et dévastateur qu’Évelyne Dress brosse au fil des étés passés dans la demeure familiale. Petichet, hameau près de Grenoble, est comme “un petit bout de terre promise” pour cette famille d’émigrés hongrois, exilés pendant la Seconde Guerre mondiale. Si ce rituel des retrouvailles à Petichet est une réalité familiale pour l’auteure, l’autobiographie s’arrête à la frontière de l’imagination d’un amour passionnel et incestueux. Bercée de souvenirs et d’impressions, l’auteure réussit à inventer une histoire recomposée, surprenante et intense, avec des personnages optimistes et volubiles, débordant de vitalité et d’extravagance, malgré le drame lent et inexorable qui se prépare comme les orages de fin d’été.

Lire la suite →

« Le Roman d’Elsa », Geneviève Senger

CHRONIQUE
Avec “Le roman d’Elsa”, Geneviève Senger dresse le portrait passionnant d’une femme qui refuse de se soumettre aux conventions qui contraignent les jeunes filles au mariage arrangé. Issue de la grande bourgeoisie, Elsa Samuelson est si jolie et riche qu’elle ne manque pas de prétendants. Pourtant, son rêve vogue très loin des rivages du mariage et de la maternité. Elle voudrait étudier la médecine, un désir obstiné qui déconcerte sa famille. Il n’existe pas encore de femmes médecins. Et si Elsa était la première à ouvrir le chemin ? En parallèle de ce combat qu’elle devra mener sans faillir, elle va connaître ses premiers émois, une attirance forte pour Théo Dupin, un ouvrier syndicaliste à l’écoute de ces quelques voix féminines qui s’élèvent pour gagner leur indépendance.

Lire la suite →

« Les Harmoniques », Gérald Tenenbaum

CHRONIQUE
Avec “Les harmoniques” (éd. l’Aube), l’auteur et mathématicien Gérald Tenenbaum transporte la rêverie dans un voyage immobile qui enjambe les années et les lieux au gré des rencontres de deux couples d’amis qui vont et viennent dans le récit au rythme d’un océan soumis au flux et au reflux du hasard. Keïla, Belen, Pierre et Samuel forment un carré de personnages touchants qui interagissent en miroir, s’additionnant et se divisant par le jeu du destin. S’invite également dans l’équation une belle inconnue, l’amour. Un amour si éperdu que “la texture du temps s’en trouve incurvée”. Un pur amour que l’histoire d’un pays va s’ingénier à dissoudre dans un temps figé, dont la texture va s’en trouver rectifiée à jamais. Tant qu’un drame familial ne trouve pas sa résolution, c’est tout le pouvoir d’attraction de l’amour qui est annihilé.

Lire la suite →

“Bombay mon amour”, Charlotte Valandrey

CHRONIQUE PLUS
« Bombay mon amour » est un roman d’amitié entre trois femmes qui fait voyager dans une Inde envoûtante. Une fois n’est pas coutume, la comédienne et auteure Charlotte Valandrey ne nous offre pas un récit autobiographique sur un fragment de sa vie, comme ce fut le cas pour ses précédents ouvrages. Pour ce récit-là, elle puise dans le genre de l’autobiographie des éléments du réel pour créer sa première fiction… Elle réussit par ce stratagème à brouiller les cartes et à captiver du début à la fin le lecteur qui ne cesse de s’interroger : mais quelle est donc la part du réel ?

Lire la suite →

“Sur les toits d’Innsbruck”, Valère Staraselski

CHRONIQUE PLUS
Une bouffée d’air vivifiante ! « Sur les Toits d’Innsbruck » est d’abord un hymne à dame Nature, puis à la cause animale. L’auteur Valère Staraselski se tient au chevet de cette malade qui s’épuise à compenser, à réparer, à digérer les outrages subis. En cause, un drôle d’animal, irrespectueux, court d’esprit et de vue, en quête d’un idéal famélique axé sur un retour sur investissement immédiat et brutal. Cet animal, qui s’est relevé il y a des milliers d’années sur ses deux jambes, est aujourd’hui pris dans un tourbillon collectif de la consommation qui lui fait perdre pied. Mais ce vertige contagieux n’a pas encore troublé le silence des Alpes d’Autriche. Même le temps qui file partout ailleurs vient parfois se perdre dans les cimes alpines, dont 600 dépassent les 3 000 mètres, pour s’y reposer en apesanteur, à l’ombre d’un sapin, et y écouter la symphonie des oiseaux.

Lire la suite →

“Le pianiste et les matriochkas”, Élodie Mazuir

CHRONIQUE PLUS
Composition astucieuse. Exécution au millimètre. Le premier roman d’Élodie Mazuir est une partition qui soulève les cœurs tendres et ménage un suspens qui va crescendo, pour arriver à un finale en apothéose. Elle convoque la mobilisation des sens. Impossible de lâcher la lecture. Le rythme binaire et régulier bouscule la curiosité. L’auteure pose une écriture qui touche, alternant légèreté et force, décrivant avec justesse et sans falbalas les sentiments variant entre pureté de l’amour et possession perverse. Les émotions sont mises à nu, avec simplicité et candeur, ce qui confère au récit une intensité palpable. Elodie Mazuir pousse ses personnages au-delà de leurs limites et de leurs souffrances pour qu’émerge des épreuves une transformation… une transfiguration. Un accomplissement libérateur.

Lire la suite →

“Beaucoup de peine, beaucoup d’espoir, beaucoup d’amour”, Brigitte Hache

CHRONIQUE PLUS
Avis de PrestaPlume ♥♥♥
Un roman à trois voix. Julia, Sophie, Paul. Trois voies empruntées qui les amènent à dépasser leur haine, leurs regrets, leur culpabilité. Avec “Beaucoup de peine, beaucoup d’espoir et beaucoup d’amour”, Brigitte Hache accompagne avec moult délicatesse ces personnages vers un point de convergence qui marque la fin d’une étape pour chacun d’eux, comme une autre chance. Les chemins escarpés de leur parcours sont le lot de beaucoup et ils sont nombreux ceux qui restent coincés dans une léthargie addictive qui anesthésie non seulement la peine, mais aussi et surtout l’espoir et l’amour. L’originalité tient à cette nuit qui clôt les dettes par un astucieux tricotage des destins.

Lire la suite →

“Brume légère sur notre amour”, Madeleine Chapsal

Avis de PrestaPlume ♥♥♥
Au bout de trente ans de mariage, que peut-il rester du couple ? Après avoir traversé des zones de turbulence et des plages de repos, l’un et l’autre, s’ils restent accrochés, ont-ils des chances de passer ensemble le cap de ces questions qui turlupinent ? Ces questions qui instillent doutes et soupçons, qui font rêver d’un ailleurs, ou d’un ou d’une autre ? Ce sont ces aléas relationnels que décrypte Madeleine Chapsal dans Brume légère sur notre amour.

Lire la suite →

“La Porte du secret”, Christel Noir

PrestaPlume ♥♥♥
Que diriez-vous d’être épaulé par un ange gardien ? D’aucuns m’objecteraient que c’est déjà le cas avec les intuitions, les prémonitions, le déjà-vu. Certes. Mais un ange gardien qui se montre à vous pour vous guider et débloquer la situation ? Hum… Pas original me diriez-vous ? Et c’est là que « La Porte du secret », de Christel Noir, surprend. Ce qui sent le déjà-lu tire son originalité d’un échange de connaissances entre l’ange et son humaine. « L’apprentissage d’âme à d’âme fonctionne ainsi : en binôme. » Un apprentissage de plusieurs mois s’instaure alors sur ce chemin ardu qui va les mener vers leur porte du secret.

Lire la suite →