« L’affaire Clara Miller », Olivier Bal

CHRONIQUE
Après ses deux opus fantastiques sur la maîtrise des rêves, Olivier Bal se lance dans le pur polar, du noir qui révèle la face grise d’êtres qui se débattent dans leurs rêves : de gloire, de reconnaissance, de liberté. Reprenant une construction qu’il manie d’une main de maître, l’auteur propose dans « L’affaire Clara Miller », aux éditions XO, un roman choral à rebondissements et à double temporalité d’une grande efficacité. L’intrigue à plusieurs niveaux de lecture est bien charpentée, tout se tient. Les personnages sont attachants malgré leurs travers, car la psychologie de chacun est finement travaillée en ce sens. Les chapitres courts et denses se donnent le témoin dans cette course au dénouement haletant. Tout commence par des jeunes femmes retrouvées noyées en deux ans sur les berges du lac rebaptisé « le Lac aux Suicidées ». Parmi ces malheureuses, Clara Miller, une journaliste que Paul Green a connue sur les bancs de la Fac et dont il était amoureux en secret. Il ne croit pas à la thèse du suicide. Ce journaliste, reporter de presse people, est persuadé que le tueur est Mike Stilth, une rock star à la renommée internationale qui vit non loin, dans une forteresse appelée Lost Lakes, avec ses deux enfants reclus.

« Mamma Maria », Serena Giuliano

CHRONIQUE
Un an après le succès de « Ciao Bella », Serena Giuliano récidive avec « Mamma Maria », aux éditions Cherche Midi. Une nouvelle fois, l’Italie est mise à l’honneur, parée d’amour et de poésie, mais aussi d’engagement. L’auteure italienne nous projette dans un village proche de Salerne, au sud de Naples, où il fait bon respirer l’air méditerranéen sur la côte amalfitaine. Dans ce roman choral, nous suivons les pensées de deux femmes, Maria et Sofia, unies par leur culture et leur attachement mutuel, qui tentent de reprendre leur vie en main. D’un premier abord léger – sentiment provoqué par le plaisir charnel de l’auteure à décrire par le menu les plats et l’ambiance typiques de « Mamma Maria », le bar du village –, le roman commençant par l’histoire d’un amour en suspens emprunte un chemin inattendu, plus complexe, proche du réel. Dans une Italie qui ferme ses frontières aux migrants, une Lybienne nommée Souma, enceinte et mère d’un enfant âgé de deux ans, va trouver refuge dans ce village. Plus exactement dans le poulailler de Franco. Ce veuf octogénaire sans enfant se met alors en tête de les héberger, bien que sachant les opinions tranchées contre les migrants d’une majorité des habitants. Quels événements vont déclencher la découverte de cette « étrangère » ? Du bon sentiment, de la force de persuasion, de la fraternité, de la tolérance et un très bon moment de lecture.

« En haut de l’affiche », Fabrice Châtelain

CHRONIQUE
À quelles compromissions est-on prêt pour se hisser « En haut de l’affiche » ? Dans le premier livre de l’avocat Fabrice Châtelain, paru aux éditions Intervalles, vous le saurez… le sourire aux lèvres. Délicieuse satire du milieu cinématographique, ce roman joue sur des quiproquos qui tombent en rafales et entraînent Vincent, ce héros malgré lui, dans une spirale descendante. Auteur d’un scénario, cet être bourrelé de complexes rêve de célébrité. Il croit y parvenir lors d’un vernissage d’art contemporain, où il espère briller au bras de la séduisante et ambitieuse Noémie qui le prend pour un grand critique d’art free-lance. Dans son roman, Fabrice Châtelain porte un regard cru et acerbe sur les milieux du cinéma et de l’art contemporain tout en se faisant le procureur de ces prétendus artistes enflés de pouvoir, imbus d’eux-mêmes, rompus aux faux-semblants et aux artifices. Il nous les montre en flagrant délit de déconnexion de la réalité, coupables au point de se servir du malheur de la société pour l’emballer dans du politiquement correct nauséabond et ridicule. Les personnages sont truculents, tantôt attendrissants, tantôt pitoyables, à la moralité à géométrie variable. Bref, terriblement humains. Le traitement original du sujet et l’inclémence du propos, amplifiés par un style au couperet, transforment ce coup d’essai en un très agréable moment de lecture.

« Les Riverains », Corinne Atlas

CHRONIQUE
Les nouvelles éditions Herodios (le héron en latin) viennent de faire paraître leur premier roman, « Les Riverains », de Corinne Atlas. Dans son troisième livre, l’auteure projette sa fiction dans un passé récent dont les cicatrices sont encore vivaces. Le 13 novembre 2015, cinq résidents d’un vieil immeuble se retrouvent confrontés à l’horreur de cette nuit marquée par une série d’attaques terroristes visant Paris, dont Le Bataclan. Les habitants ne se côtoient pas, au mieux ils se saluent en se croisant, au pire ils s’ignorent poliment. Sauf le concierge portugais Ruben qui prend très à cœur son travail, cherchant à rendre la vie de chacun plus agréable. Ainsi ce soir-là est-il fier d’avoir fait une nouvelle acquisition : un paillasson-brosse, très chic, mais à peu de frais, pour égayer l’entrée. Il est loin de se douter que sa soirée de tranquillité dont il se réjouissait par avance allait être compromise et que sa vie en serait définitivement changée. Tout en douceur et pudeur, usant de l’horreur comme d’un miroir ou d’un écho, Corinne Atlas donne à ressentir le cataclysme produit en chacun des personnages et des répercussions pour le reste de leur vie. Astucieux et puissant !

« Les ecchymoses invisibles », quand la fiction s’invite dans le réel

THÉÂTRE & CO
Les violences conjugales ne sont pas un mythe. Elles ont de tout temps existé. « Les ecchymoses invisibles » n’est pas qu’une fiction donnant à comprendre le mécanisme de l’enfer d’une épouse ligotée mentalement par les maltraitances psychologiques de son conjoint, c’est aussi le témoignage brutal et poignant d’une réalité trop répandue que l’auteur Djamel Saïdi met en scène au Théo Théâtre, jusqu’au 30 avril 2020. Après cinq nominations aux P’tits Molières 2018, l’actualité tragique de son sujet et l’intensité éprouvante du jeu des acteurs rendent une nouvelle fois la pièce éligible aux P’tits Molières 2020. C’est une bonne nouvelle pour La Déesse Compagnie, dont la vocation est de produire des « fictions documentaires », où le vrai tient une place prépondérante afin de contribuer à la dénonciation de ces violences invisibles qui anéantissent, à petit feu et sans marque sur le corps, toute personnalité, tout sentiment d’amour propre, toute réaction salvatrice.

« Un développement très personnel », Sabrina Philippe

CHRONIQUE
La recherche du bien-être – ou du moins, si possible, du mieux-être – par toutes les techniques qui s’offrent à soi est une activité de chaque instant. Des ouvrages fleurissent chaque saison littéraire, souvent des manuels expliquant aux lecteurs des recettes miracle pour être en paix avec soi-même et les autres. Le roman a l’avantage de leur donner le choix de prendre ou pas le message délivré et ne les contraint pas à la passivité. Avec « Un développement très personnel », paru chez Flammarion, Sabrina Philippe a opté pour cette voie, tout en lumière et simplicité. Elle fait la critique d’une profession multi-facettes, souvent accessible par quelques stages de formation, parfois faisant du mal-être un business lucratif et peu scrupuleux. Ce qui distingue ce roman de ceux qui débordent des rayons de librairies depuis des décennies, c’est que le lecteur ne découvre pas combien le héros « coach » a aidé ses patients/clients, mais ce que son introspection sur ce qu’il a fait et fait pour lui-même et sur les conséquences de ses conseils sur autrui a produit sur lui. Sabrina Philippe, psychologue et chroniqueuse à la télévision et sur les ondes de radio, met ainsi en scène une remise en cause profonde d’une véritable « gourou » du bien-être qui s’est éloignée de son propre chemin intérieur, trompée par les sirènes du succès, occultant les bleus de sa propre histoire. Très divertissant et instructif, ce roman nous transforme en petite souris ravie de s’aventurer dans la tête d’un coach en mal de soi.

« Double jeu », des retrouvailles en ordre de bataille

THÉÂTRE & CO
Trente-cinq ans après le lycée, une ancienne bande d’amis se retrouve autour d’un apéritif organisé par l’une des leurs, Charlie. Histoire de se remémorer les bons moments, de convoquer les souvenirs heureux, de parler de ce que leur vie leur a réservé. Rien de plus anodin… en apparence ! Mais, comme le titre de la nouvelle pièce de Brigitte Massiot le laisse supposer, « Double Jeu » promet des apparences trompeuses et suggère des règlements de compte en boomerang. Comment sept anciens amis, adultes installés dans la vie, vont-ils pouvoir renouer avec leur vie lycéenne sans éclats ni dommages, alors que chacun n’est pas tranquille avec son passé ? Cette période censée être insouciante et heureuse qui s’est brutalement refermée sur un drame les a irrémédiablement changés. Les anciennes querelles couvent sous les cendres de l’amitié. L’étincelle qui ravivera les braises sera-t-elle l’occasion de faire toute la lumière sur les véritables relations des uns avec les autres, pour éteindre à tout jamais le sentiment de culpabilité, les remords, les torts ? Pour cela, il y a un prix à payer : celui de la vérité, de la sincérité, des explications. Dans cette comédie policière au scénario solide et captivant, aux personnages tout en richesse et complexité, l’humour et le drame s’unissent en tir groupé pour frapper juste. Justesse de jeux, justesse de situations, justesse de mise en scène. Un triplé gagnant sur la scène du Gymnase Marie Bell qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte !

« La première amie », Geneviève Senger

CHRONIQUE
Dans son nouvel opus très réussi, paru aux Presses de la Cité, Geneviève Senger donne à comprendre et à voir une amitié hors norme, intense, exclusive, entre deux orphelines élevées par le même couple. Elles vivent près d’un canal aux eaux sombres, endroit peu fréquenté qui devient leur petit coin de Paradis qui scellera leur amitié. Dans « La première amie », l’auteure décrit par le menu l’attachement d’Ève et Sarah au fil des années et le drame qui a « atomisé » leur relation. La première, sauvage et introvertie, fascinée jusqu’à l’obsession par la seconde, plus fantasque et extravertie. Ces deux cœurs inséparables vont passer une enfance heureuse jusqu’à leur mariage respectif. La première, contrainte par l’enfant à naître ; la seconde, par mimétisme. Mais aucun ne sera heureux. De surcroît, la naissance de Zélie, synonyme de bonheur pour Sarah, vient piquer la jalousie d’Ève et semer la discorde dans leur relation exclusive. Obligée par son mari militaire à fréquenter la femme du colonel, elle se surprend à aimer Adam, leur fils adoptif. Tous les rouages du drame se mettent en place, irrémédiablement, pour enrayer ces deux vies bancales auxquelles il a manqué l’essentiel : l’amour des parents.

« Les mots s’improsent » et riment avec virtuose

THÉÂTRE & CO
« Les mots s’improsent », au théâtre des Mathurins jusqu’au 1er avril 2020, est un spectacle de Félix Radu d’une audace artistique inédite, un ovni littéraire en orbite autour du sens de la vie qui se déploie en plusieurs dimensions de compréhension. Son seul-en-scène ne ressemble à rien de connu et pourtant il nous est étrangement familier. C’est peut-être parce qu’il sait nous parler de l’essentiel avec une langue qui châtie bien. Son texte de haute tenue est truffé de traits d’esprit et de réflexions philosophiques. Il émeut, interroge, éclaire, induit des répercussions émotionnelles et intellectuelles. Tout le long de la performance du jeu scénique, revu par le metteur en scène Julien Alluguette, il n’y a pas d’éclats de rire, mais un feu nourri d’éclats de pensée et de sourires intérieurs. Ce n’est ni un récit austère ni un conte fantasque, mais une variation poétique d’un vieux monde que le comédien essaye de comprendre, une introspection élargie à l’univers, avec l’impertinence de la jeunesse et la tempérance de la sagesse. Les mots fusent, se chamaillent, s’entrechoquent ou se confondent, se mettent à nu pour revêtir de nouveaux habits de lumière. Ainsi, la poésie philosophique de Félix Radu surgit d’entre les mots dans un ballet aérien et pétillant d’humour et de sens, pour la plus grande joie d’un public conquis.

« Au Soleil redouté », Michel Bussi

CHRONIQUE
Redoutable est le mot qui surgit quand la fin s’annonce. « Au Soleil redouté », c’est l’aveuglement assuré qui fait perdre tout sens logique. Avec ce thriller millimétré, mené d’une main audacieuse, Michel Bussi dépasse un cran dans le retournement de situations et l’originalité. Le stratagème réside dans la construction de l’histoire : elle passe inaperçue jusqu’à l’heure des explications. Au lieu de semer des indices pour permettre au lecteur d’élaborer des hypothèses probables ou crédibles, l’auteur instille le doute au compte-gouttes dans un raffinement rare de torture intellectuelle. La frustration de n’avoir rien remarqué est telle, la complexité de la trame est telle, l’envie de connaître la suite est telle que l’on n’a qu’une seule obsession : redécouvrir le livre avec la clé de compréhension pour saisir là où l’on aurait dû comprendre. Pourtant, l’intrigue a tout l’air banale : cinq lectrices ont gagné l’immense privilège de suivre pendant une semaine un atelier d’écriture dispensé par un romancier à succès, dont la plume chatouille le cœur des femmes malgré un physique rondouillard. Sous le soleil polynésien où tout concourt à l’inspiration, l’île d’Hiva Oa deviendra pourtant une prison étouffante et sanglante après une disparition et plusieurs morts, que l’assassin désigne avec le texte que les apprenties écrivaines ont écrit lors de l’exercice d’atelier d’écriture : « Avant de mourir, je voudrais… »

« Les Faux British », de l’absurde à pleurer de rire

THÉÂTRE & CO
« Les Faux British » à l’affiche du théâtre Saint-Georges poursuit fièrement sa cinquième saison, après 2 000 représentations en décembre 2019, soit plus de 500 000 spectateurs à Paris et 120 000 en tournée. Cette parodie du théâtre amateur, que le metteur en scène Gwen Aduh (fondateur de la Compagnie des Femmes à barbe en 1999) a rapporté d’Édimbourg dans ses bagages en 2013, est une machine à rire infernale qui ne cesse sa délicieuse et extravagante torture zygomatique qu’au tomber de rideau. La loufoquerie gagne là ses lettres de noblesse grâce à cet étonnant scénario de Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields qui met en scène un sang-froid et un pragmatisme à toute épreuve d’une troupe d’amateurs de roman noir s’inventant acteurs d’un jour pour jouer un hypothétique polar méconnu de Conan Doyle devant les membres de leur association… c’est-à-dire le public. L’amateurisme des personnages et leur opiniâtreté à poursuivre malgré les maladresses et les imprévus successifs, au prix souvent de leur intégrité physique, est à s’étouffer de rire. Jerry Lewis, sortez de ces corps ! On se prendrait presque de pitié pour les sept comédiens, inouïs et ultra crédibles dans leur jeu qui consiste à être mauvais. On a mal pour eux jusqu’au bout, mais on en redemande !

« Déjeuner en paix », Charlotte Gabris

CHRONIQUE
Humoriste et comédienne, Charlotte Gabris fait paraître aux éditions Cherche-Midi un premier roman très réussi. « Déjeuner en paix » est un huis clos en plein air, pétillant et mordant, sur le regard critique des femmes entre elles. L’auteure met en scène deux jeunes femmes seules, assises chacune à une table d’une terrasse de café parisien à l’heure du déjeuner. L’une est Parisienne, sûre d’elle, aux airs supérieurs, elle attend son amoureux qui ne viendra pas ; l’autre est une provinciale fraîchement arrivée à la Capitale pour suivre un stage. Elle a remarqué cette jeune fille prétentieuse qui agit comme en terrain conquis, et dont elle envie l’enthousiasme, l’assurance, la façon de s’habiller, de rire, d’attendre. De son côté, pour tromper l’ennui, la Parisienne focalise sa mauvaise humeur sur ce qu’elle croit être une touriste solitaire qui fait semblant d’attendre quelqu’un pour ne pas montrer qu’elle est seule. Tout le long du déjeuner, les deux femmes jaugent l’autre en son for intérieur, se moquant crûment et durement, sans rédemption possible, de ce qu’elles pensent deviner de l’autre, de sa vie, de ses relations, de ses goûts, de ses aspirations. Bien entendu, les apparences sont trompeuses.

« Le récit poétique mais pas chiant d’un amoureux en voyage », Promesse tenue !

THÉÂTRE & CO
Au théâtre du Marais, Marc Tournebœuf reprend son « Récit poétique mais pas chiant d’un amoureux en voyage » tous les lundis jusqu’au 30 mars 2020. Un joli minois en stand up n’est pas d’une originalité folle. En revanche, un joli minois incarné où transparaissent candeur et vivacité d’esprit, c’est un excellent début qui — brisons le suspense dès à présent — tient sa promesse : poétique et pas chiant. L’humoriste nous fait partager son histoire d’amour avec une jeune fille portugaise, rencontrée lors d’une soirée parisienne. C’est le point de départ à croquer la société dans laquelle il vit, avant de nous entraîner au Portugal où il a décidé de rejoindre sa dulcinée un peu distante dans tous les sens du terme. Avec l’espoir attendrissant d’un amour partagé, il s’affranchit courageusement de sa timidité pour rencontrer le père, qui l’écrase de son autorité. Pour plaire, Marc acquiesce à tout, contraint de s’asseoir sur sa dignité. Ce voyage aux couleurs de l’amour fané sera également initiatique, car il découvrira d’autres couleurs, plus vives et plus odorantes, d’un pays où tous parlent français avec l’accent si reconnaissable en « ouèche ». Mais, au-delà de ces blagues comparatives France-Portugal, l’humoriste nous donne aussi à entendre avec passion Fernando Pessoa. Selon l’écrivain et poète, « Aimer, c’est se lasser d’être seul : c’est donc une lâcheté et une trahison envers soi-même ». Une rencontre qui vaut bien toutes les déclarations d’amour, n’est-il pas ?

« Pour le meilleur et pour le dire », du verbe en plein cœur

THÉÂTRE & CO
Au théâtre de La Scène Parisienne, la comédie psychologique et sentimentale « Pour le meilleur et pour le dire » revient pour quatre mois de consultations supplémentaires, jusqu’au 11 avril 2020. Une aubaine qu’il serait inconséquent de laisser passer tant l’écriture de David Basant et Mélanie Reumaux sonne juste et émeut, du rire à la joie finale du happy end. Pour une fois qu’une histoire d’amour se termine bien, il serait bien dommage de s’en priver ! La pièce déploie son fil narratif tendu au cordeau sur le malentendu, les non-dits, la difficulté de communiquer et les lapsus signifiants. Le sujet est fort simple, mais d’une actualité impérissable. C’est l’histoire d’un couple très amoureux et en crise. Audrey approchant de la quarantaine veut un bébé, Julien repousse ce désir aux calendes grecques sans lui en avouer les raisons. La peur de perdre celle qu’il aime par cet aveu le conduit à rompre par anticipation. Un non-sens que vont s’ingénier à réparer leur entourage et surtout leur analyste… qui se trouve être la même personne. Du bel ouvrage d’écriture intelligent et enjoué qui, par les mots dits, dédramatise les maux tus.

« Un vrai couple », un duo au diapason du vrai

THÉÂTRE & CO
Sur la scène de La Comédie des Boulevards se joue « Un vrai couple », à la vie à la mort, mais surtout à la ville. Cette pièce écrite par les deux comédiens, Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin, sur leur belle et improbable histoire d’amour sent le vécu dans ses moindres détails et les multiples situations. Belle, car ils sont lumineux et enthousiastes de partager leur bonheur. Improbable, car cela n’aurait jamais dû « matcher » entre eux. Pensez donc ! Ils ne sont pas de la même génération ! Arnaud est un éternel adolescent qui écoute des chanteurs morts et aime le karaoké et l’alcool, tandis que Gaëlle préfère le yoga, la méditation et arrose ses soirées à l’eau de rose ! Pourtant, ils sont bel et bien tombés amoureux et entendent nous le conter par le menu, depuis la première rencontre jusqu’à la naissance de leur enfant. À cette mise en bouche romanesque, ils ont incorporé une généreuse rasade d’humour et un bon zeste d’interaction complice avec les spectateurs, faisant ainsi de leur vie de couple un pur divertissement, enlevé, tendre et réjouissant.

« Disparaître », Mathieu Ménégaux

CHRONIQUE
Lire un « Ménégaux » est comme un rendez-vous avec un ami qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Cette attente est exquise car elle promet un grand moment de lecture. Mathieu Ménégaux a ce petit tour de main stylistique qui empêche de fermer le livre avant le mot « fin ». Comme les précédents, « Disparaître », paru chez Grasset, se lit d’une traite tant l’écriture est efficace. Même si on devine assez rapidement le lien entre les victimes, le roman se coule dans cette veine talentueuse où l’originalité magnifie l’écriture, à moins que ce soit l’inverse… Pour ce quatrième opus, l’auteur a une belle idée : il s’interroge sur les motifs profonds qui poussent une personne à disparaître sans espoir de retour. Parmi toutes les réponses, il retient les conséquences désastreuses d’un amour interdit entre un homme marié et une jeune fille timide. La narration est soignée et nerveuse, la construction astucieuse car le le lecteur découvre le présent et le passé des personnages qui avancent en parallèle au fil des chapitres, jusqu’à la résolution de l’énigme. Un bémol cependant, cet opus n’atteint pas la même intensité émotionnelle que les précédents. Il m’a manqué cette « claque » qui est devenue au fil des romans l’expression de l’empreinte littéraire de Mathieu Ménégaux.

Pin It on Pinterest