« L’homme qui voulait toucher le ciel », Tanis Rideout

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
Tanis Rideout souffle à son héros, George Mallory, les mots de Dante, alors qu’il retrouve sa montagne, le mont Everest, enfin : « Avant moi, rien n’a jamais été créé qui ne soit éternel, et moi je dure éternellement ». Tout est dit de la passion que porte l’alpiniste pour la plus haute et encore vierge cime de l’Himalaya. L’auteure signe avec « L’homme qui voulait toucher le ciel » une épopée à cisailler le souffle, menée avec finesse jusqu’à l’acmé du suspense.

« Montvert-les-Bains », Maurice Denuzière

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
L’historien et journaliste Maurice Denuzière fait son grand retour dans une forme jaillissante. C’est un retour aux sources des sagas avec la famille Saintour, propriétaire depuis trois générations de la station thermale de Montvert-les-Bains, à la frontière suisse. Le décor est planté au début du siècle dernier. Entre l’exposition universelle de Paris d’août 1900 et l’attentat de Sarajevo de juin 1914, c’est une plongée profonde dans plusieurs univers pour Laurent, le héros.

« Tout déprimé est un bien portant qui s’ignore », Pr Michel Lejoyeux

Avis de PrestaPlume ♥♥♥
Seriez-vous grincheux ? Un tantinet mélancolique ? N’ayons pas peur des mots… déprimé ? Un professeur a pensé à vous, vous qui vous levez le matin sans entrain et sans raison apparente, qui traînez des pieds toute la journée, qui semblez être anesthésié aux petits bonheurs quotidiens, ces petits riens qui donnent le sourire et l’énergie. Le professeur Michel Lejoyeux a pris à bras-le-corps le sujet pour apporter un éclairage tant scientifique qu’humain sur les tourments de l’âme bien souvent associés au corps.

« Brume légère sur notre amour », Madeleine Chapsal

Avis de PrestaPlume ♥♥♥
Au bout de trente ans de mariage, que peut-il rester du couple ? Après avoir traversé des zones de turbulence et des plages de repos, l’un et l’autre, s’ils restent accrochés, ont-ils des chances de passer ensemble le cap de ces questions qui turlupinent ? Ces questions qui instillent doutes et soupçons, qui font rêver d’un ailleurs, ou d’un ou d’une autre ? Ce sont ces aléas relationnels que décrypte Madeleine Chapsal dans Brume légère sur notre amour.

« La puissance du toucher – Une nouvelle approche du massage », Marie-Claire Zimbacca

Avis de PrestaPlume ♥♥
Mue par la conviction que « toute notre société est mal dans sa peau » en raison d’un déficit de caresses, « carence qui amène à ne plus savoir aimer », Marie-Claire Zimbacca, physiothérapeute, souhaite réhabiliter le « toucher », le plus « mal-aimé » des cinq sens. Pour l’exprimer, son livre « La puissance du toucher — Une nouvelle approche du massage » irradie d’amour, de moult attentions et de bonnes intentions.

« La Porte du secret », Christel Noir

PrestaPlume ♥♥♥
Que diriez-vous d’être épaulé par un ange gardien ? D’aucuns m’objecteraient que c’est déjà le cas avec les intuitions, les prémonitions, le déjà-vu. Certes. Mais un ange gardien qui se montre à vous pour vous guider et débloquer la situation ? Hum… Pas original me diriez-vous ? Et c’est là que « La Porte du secret », de Christel Noir, surprend. Ce qui sent le déjà-lu tire son originalité d’un échange de connaissances entre l’ange et son humaine. « L’apprentissage d’âme à d’âme fonctionne ainsi : en binôme. » Un apprentissage de plusieurs mois s’instaure alors sur ce chemin ardu qui va les mener vers leur porte du secret.

« Ma grand’mère d’Arménie », Anny Romand

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
Quand l’histoire d’une jeune Arménienne se confond avec la grande et tragique Histoire, quand une petite-fille s’imprègne des souffrances de sa grand-mère, quand un récit relie ces deux générations de femmes, se produit un miracle de lecture. Un témoignage saisissant, sans excès, en simplicité cruelle. Anny Romand, déjà connue pour ses talents d’actrice et de traductrice, signe d’une plume pudique, animée par la rondeur et la délicatesse de l’enfance, sans le fard outrancier de l’horreur, un récit authentique sur l’« Askor », le Massacre, le génocide arménien, par la voix de sa grand-mère Serpouhi Hovaghian qui « a besoin de mâcher tout ça, pour essayer de l’avaler, encore et encore ».

« Boston girl », Anita Diamant

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
Avec son dernier roman, Boston girl, Anita Diamant nous immerge dans la période passionnante du début du siècle dernier dans la ville de Boston, aux États-Unis. L’atmosphère y est intimiste, empruntée à la confidence d’une biographie. Addie, une grand-mère pétillante, transmet avec tendresse et honnêteté son histoire de vie à sa petite-fille Ava, alors adulte, qui l’a interrogée sur ce qui a fait d’elle ce qu’elle est. Grande question ! Qui n’a jamais osé la poser à l’un de ses grands-parents ? Difficile de s’imaginer qu’il a été jeune avec des envies et des rêves qui frémissent jusqu’au bout des doigts, prêt à l’imprudence et à la désobéissance pour s’élever dans la société. C’est cet accomplissement que propose l’auteur avec bonheur.

« Trois jours et une vie », Pierre Lemaitre

Avis de PrestaPlume♥♥♥♥♥
« Trois jours et une vie » est un roman noir qui vous attrape par le col de chemise et vous fait valser dans les méandres psychologiques d’un tueur de douze ans. Antoine n’a rien prémédité quand, dans le bois de Saint-Eustache, il assomme avec rage Rémi, un petit voisin de six ans qui le suit partout. Il l’aime bien pourtant, il le trouve même intelligent pour son âge. Mais ce jour-là il est sous le choc, dévasté par un chagrin inconsolable.

« La Petite barbare », Astrid Manfredi

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
Astrid Manfredi est une chroniqueuse littéraire comblée. Avec « La Petite barbare », elle a réussi à faire éditer son premier roman aux éditions Belfond. Passionnée de lecture, elle anime depuis des années un blog « Laisse parler les filles ». La Petite barbare s’est vu dérouler le tapis rouge et a été récompensée par le premier prix Régine Deforges du premier roman (voir article), le 14 mars dernier. Astrid Manfredi le doit à un thème, puissant et décapant, et à son écriture brute et violente, qui secoue, déstabilise, fait perdre pied.

« Les Traversées », Solange Delhomme

Avis de PrestaPlume ♥♥
Les traversées est un premier roman avec l’élément « eau » en toile de fond. Le tangage est assuré. Tout au long de l’histoire, on s’accroche aux mots comme à des bouées pour retrouver la terre ferme, la solidité, la raison. L’évitement est impossible, on est pris au piège dans le ressac des troubles psychologiques de trois générations de femmes qui submerge et laisse pantois.

« Le début des haricots », de Fanny Nodet-Gayral

Avis de PrestaPlume ♥♥♥
Titre accrocheur, à double entrée. Une invitation à la découverte. Fanny Nodet-Gayral signe là un roman à rebondissements, aux ressorts très ingénieux. Je me suis laissée entraînée sans résistance par l’histoire d’Anna, brillante urgentiste dans un hôpital parisien.

« Comédie française – Ça a débuté comme ça », Fabrice Luchini

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
Il est un personnage qui frappe par sa sonorité. Les premières notes suffisent à organiser une petite révolution dans le corps, où les hormones du bonheur se disputent les honneurs. En cause ? Une cascade de phrases éblouissantes où l’écrit et l’oralité copulent par alternance. Un généreux cataclysme articulaire qui offre aux mots une nouvelle couleur, une intention neuve.

« Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier », Patrick Modiano

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥♥
Qui aime connaître la fin d’une histoire aura la tentation de passer son chemin avec le dernier ouvrage de Patrick Modiano, « Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier », tant il déroute, perturbe, frustre, agace, interroge. Toutes ces pierres d’attente semées au fil des pages attendront encore bien longtemps leur coup de théâtre.

« Guide du mieux-vivre ensemble : ma laïcité, ma religion, mon identité », Patrick Banon

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥
La question du savoir mieux-vivre ensemble n’est pas nouvelle. Certes. Mais elle apparaît aujourd’hui, à l’heure de la globalisation des cultures et des identités, éminemment cruciale, urgente, incontournable. Publié un an après les attentats du 7 janvier 2015 contre les journalistes de Charlie Hebdo, ce guide destiné aux adolescents apporte un éclairage pédagogique…

« Avant de t’oublier », Rowan Coleman

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥♥
Avec Avant de t’oublier, l’auteur nous livre avec force et rythme une histoire bouleversante, nous immergeant avec délicatesse dans l’univers d’une maladie qui terrifie. Elle décrit et décrypte avec justesse la dégénérescence, cette traîtresse qui surprend dans ses allers et retours, et conte le monde intérieur de Claire qui jamais n’oublie la maladie tout en ne sachant plus à quoi sert une fermeture Éclair.

Pin It on Pinterest