“Le fait du prince, petits et grands caprices des présidents de la Ve République”, Béatrice Houchard

 

Extrait

“Si un prince règne à l’Élysée, beaucoup de barons locaux, départementaux ou régionaux imaginent aussi être petits princes en leurs royaumes. Parfois, leur ego, leur orgueil, leur sens étriqué des intérêts de leur ville ou de leur région risquent de nuire au pays tout entier.” (page 208)

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

 

Le fait du prince, petits et grands caprices des présidents de la Ve République, aux éditions Calmann-Lévy, est un titre accrocheur qui sous-entend des révélations croustillantes. En fait, le titre va bien au-delà. Il annonce un contenu argumenté et fondé rappelant en filigrane que l’accession à la fonction de président n’efface pas d’un trait la nature humaine si encline à obéir aux humeurs et aux passions. C’est toujours l’homme qui gouverne, et le président qui exécute. Tout électeur a tendance à oublier cette évidence tellement les espoirs sont grands. Avec ce livre, Béatrice Houchard nous le rappelle avec force et méthode, décryptant derrière les petites et grandes décisions des huit présidents de la Ve République les faits du prince qui ont servi ou desservi la grandeur de la France. Observatrice rompue aux mécanismes du pouvoir par des années d’expérience au service politique du Figaro et du Parisien et la couverture de six campagnes présidentielles, l’auteure nourrit son propos grâce à de nombreux témoignages et confidences de personnalités politiques. Elle démontre combien notre démocratie lustre plus que jamais les ors honnis de l’Ancien régime pour les léguer à la fonction présidentielle. Cet héritage illustre ce paradoxe français de vouloir à la fois une démocratie et un chef d’État providentiel.

Nul n’est pourtant dupe sur l’exercice du pouvoir du président de la République. Les petits marchandages, les promesses, les lubies, les ordres contradictoires, les compromissions, l’interventionnisme… la liste des faits supposés, parfois dénoncés, sur les coulisses du pouvoir est trop longue. Les fuites dans la presse et les confidences dans des livres mémoires de personnalités politiques soulèvent un pan du voile. Et, si cela ne suffisait pas, les quelques fictions bien inspirées, comme la série politique télévisée Le Baron noir, se chargent de dessiller les yeux des citoyens qui refuseraient de donner du crédit aux « révélations fuitées ». Hélas, la vérité est toute simple ! L’Élysée est un Versailles de l’ère moderne, avec sa cour et ses courtisans. Un regard du président et les plus grands appétits sont permis à tout prétendant à une charge. Des carrières s’érigent, d’autres se disloquent. La distribution aux plus hautes fonctions de l’État n’est qu’un vaste marché aux gratifications. Que l’heureux élu soit compétent ou pas, il importe de récompenser la fidélité et la soumission et de sanctionner tout comportement qui en dévie. 

Ainsi, de Charles de Gaulle à Emmanuel Macron, Béatrice Houchard relève tous ces accrocs au processus démocratique, pour le meilleur et pour le pire, par des présidents qui agissent selon leur bon plaisir, du simple choix de leur mobilier jusqu’aux limogeages sans contrôle et souvent sans préavis. Agissant tel un monarque omnipotent, le Prince entend que ses caprices, autrement dit ses volontés, soient satisfaits. La noblesse ou la raison d’État peut présider à ces faits du prince, mais souvent l’intérêt personnel prévaut. Avec cet ouvrage très précis, c’est l’Histoire de France et les décisions des chefs d’État qui s’éclairent : de la dépénalisation de l’avortement à l’abolition de la peine de mort, de la construction de l’Arche de la Défense ou de l’opéra Bastille, du découpage des régions aux projets de lignes TGV pour convenance personnelle, des favorites entretenues aux frais de l’État à l’usage d’un avion ministériel pour satisfaire une envie de fromage. Le pouvoir absolu du président de la République française n’est pas une légende urbaine. C’est un fait, un fait du Prince dont les dernières générations de présidents ne se privent pas !

Nathalie Gendreau

 

Editions Calmann-Lévy, 18 octobre 2017, 270 pages, à 17,50 euros en version papier et 12,99 euros en version numérique.

 

Retour page d’accueil

 



 

1 commentaire sur ““Le fait du prince, petits et grands caprices des présidents de la Ve République”, Béatrice Houchard

  1. Avec notre entrée fracassante dans la civilisation numérique “Le Fait du Prince” semble être un rappel particulièrement utile à notre démocratie, ou ce qu’il en reste après les multiples lynchages médiatiques qui utilisent les réseaux sociaux comme des armes “anti-tout”, au nom de l’égalité, pour prôner une forme d’anarchie déguisée en rebellion qui mène souvent à la dictature…. Merci Nathalie de nous aider à la réflexion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.