“1789 L’été de sang”, Frédéric Michelet

CHRONIQUE
Frédéric Michelet est un écrivain prolixe passionné d’Histoire. 1789, L’été de sang est son dernier roman inspiré de sa pièce 1789 secondes, portant sur la Révolution française. Comme dans sa création théâtrale de rue qui dure 1789 secondes précisément, son roman interroge les droits de l’homme et de la femme, l’abolition des privilèges, l’esprit de résistance. Mais il l’a construit autour d’une assertion peu commune sur l’événement qui a mis le feu aux poudres dans un Paris surchauffé un certain 14 juillet 1789. Et si les États généraux n’étaient pour rien dans l’histoire ? Et si la Révolution était le résultat d’un mouvement populaire en réaction au massacre du Faubourg-Saint-Antoine ? Et si, après tout, ce n’était qu’un complot visant à précipiter de vie à trépas une monarchie arrivée à bout de souffle ? C’est ce que se propose de nous narrer l’auteur, au rythme d’une enquête policière qui se déroule du 19 avril à la nuit du 4 août 1789, égrenant les 1789 secondes de la pièce en presque quatre cents pages intenses qui ne lâchent ni l’intensité ni le suspense.

Lire la suite →

Avec Madame Marguerite, Stéphanie Bataille donne beaucoup et jusqu’à la folie !

THÉÂTRE & CO
La pièce Madame Marguerite et l’interprète du rôle-titre produit une rencontre artistique détonante, passionnelle et militante. Après Annie Girardot, c’est au tour de Stéphanie Bataille de la vivre en se mesurant au personnage d’institutrice de CM2, dont l’obsession est l’éducation, sans hypocrisie ni tabou. Madame Marguerite n’occulte rien de la vie, elle ne dit à ses élèves que la réalité et rien que la réalité, aussi crue et violente soit-elle, avec une méthode sans filtre. Créée en 1974, la pièce de l’auteur brésilien Roberto Athayde a été scéniquement actualisée par une mise en scène d’Anne Bouvier plus démonstrative, aux émotions plus extériorisées, soulignant la folie. Comme en 1974, il y a un tableau noir mais les inscriptions sont plus crues. L’extravagance d’une jupe-tailleur assortie de baskets a fait place à la décontraction plus neutre d’un pantalon et d’une chemise blanche. L’extravagance du personnage que fait renaître Stéphanie Bataille est dans le comportement. Si le code vestimentaire a évolué, le contenu des propos a traversé les époques sans hiatus. Le texte agressif et jugé subversif, qui dénonçait alors le régime militaire au Brésil, n’a pas perdu de sa violence ni de sa justesse, notamment sur la nécessité de s’instruire pour s’émanciper de tout pouvoir.

Lire la suite →

“Toi, Caïphe, juge de Jésus”, Nicolas Saudray

CHRONIQUE
Après Le Jaune et le Noir – Sur les pas de Stendhal, Nicolas Saudray a marché sur les pas de Caïphe, grand-prêtre de Jérusalem dont l’Histoire n’a fait que peu de cas, à l’opposé de Judas et Pilate, des contemporains ayant eu un rôle dans la condamnation à mort de Jésus. On ne connaît ni la date de sa naissance ni celle de son décès. Avec Toi, Caïphe, juge de Jésus, l’auteur rompu aux rouages judiciaires, ayant été lui-même haut fonctionnaire et conseiller à la Cour de Cassation, s’est intéressé de très près à ce grand-prêtre saducéen qui a occupé dix-huit ans sa lourde charge sous l’occupation romaine. Longévité assez rarissime pour y dénoter toute l’intelligence politique qu’il savait déployer pour être à la fois gardien des traditions juives et auxiliaire de Rome. Fait assez signifiant pour donner envie à l’auteur de reconstituer le parcours de ce grand-prêtre qui serait le véritable instigateur du trépas de Jésus. Nicolas Saudray s’y est employé formidablement, en étayant son roman par des écrits d’historiens et en l’enrobant d’un vernis pédagogique délicat et astucieux.

Lire la suite →

« Laurent Gerra sans modération », une cuvée très spéciale !

THÉÂTRE & CO
Les shows de Laurent Gerra se suivent, se ressemblent tout en ne cessant de se réinventer. Il y a du déjà entendu et du déjà vu, mais dès qu’il entre sur scène, c’est comme si on entendait et on voyait tout pour la première fois. Avec son spectacle « Sans modération », millésimé « inédit », cette magie inexplicable est renforcée par le cadeau que l’artiste fait à son public pour fêter ses cinquante ans et ses presque trente ans de carrière. Il ouvre son album photo familial et raconte des anecdotes sur sa vie, comme l’enfant qui ne rêvait que de monter sur scène. Il avait cinq ans en 1972 et déjà il imitait Michel Sardou sur sa chanson Les Bals populaires. Si la cuvée 2018 est exceptionnelle par ce double anniversaire, elle devient aussi mémorable par cette pointe de tendresse qui remonte d’une enfance heureuse, dont il émaille son spectacle.

Lire la suite →

“Rendez-vous place Gandhi”, un show tout en voix éco-responsables

THÉÂTRE & CO
Jusqu’au 13 janvier 2018, au théâtre de L’Archipel, Xavier Fagnon et Christophe Lemoine vous embarquent dans une aventure écologique décoiffante, onirique et drôle. Dans l’ambiance musicale et colorée d’une Inde du futur, aussi enchanteresse que polluée, l’imitateur vous fera vivre intensément, et non sans ironie, une course de l’extrême façon “Pékin Express”, mais dans une version éco-responsable. Lors de ce jeu de télé-réalité, les participants, quatre binômes de personnalités célèbres, sont censés dépasser leurs limites dans le respect écologique, ce qui n’est pas gagné ! Un contre-la-montre dantesque où Xavier Fagnon emprunte leur voix et parodie leurs chansons, avec la complicité du musicien pince-sans-rire Sébastien Jan qui campe “Ravi”, un impassible hindou au turban chatoyant. Le spectacle démarre le jour de la finale. Mais d’ici la transmission du prime time en direct de l’arrivée des concurrents sur la place Gandhi, il reste une journée et tout peut arriver. Bien entendu, tout arrive ! Pour notre plus grand plaisir !

Lire la suite →

Beaux livres & co 

Sélection de Noël
A la veille des fêtes de fin d’année, PrestaPlume a sélectionné pour vous cinq ouvrages, quatre beaux livres et une bande dessinée. Vous apprendrez à cuisiner les plats traditionnels arméniens, façon allégée, avec “Cuisine d’Arménie”, de Corinne et Richard Zarzavatdjian, frère et sœur dans la vie. Avec un nom de famille signifiant « ce qui provient de la terre », les auteurs étaient prédestinés à ne jamais se déraciner de la terre de leurs ancêtres et surtout de leur profession de cultivateurs. Dans “Callas Confidential”, Tom Volf redonne sa voix à Maria pour célébrer les quarante ans de sa disparition. L’ouvrage est une invitation exceptionnelle à pénétrer les coulisses de sa vie professionnelle et privée à travers un prisme inédit, elle-même. Avec “Tantra, théologie de l’amour et de la liberté”, Éric Chazot nous faire partager sa fascination pour le mystère de l’art érotique des pagodes et ses interrogations sur le rapport existant entre le sexe et le sacré. Il nous offre des clés de compréhension, fruits de plusieurs décennies de recherche sur le terrain, visant à percer le mystère de ces sculptures. “Roumains de Paris”, de Louis Monier et Basarab Nicolescu, dresse un inventaire culturel original de 43 créateurs roumains, tant les monstres sacrés que les contemporains, qui ont soit vécu en France, soit séjourné à Paris. Ces Roumains qui ont fait la France devaient avoir laissé une empreinte pérenne par leur œuvre. Sur un scénario et un dessin d’Alain Paillou et de David Charrier, “Les Portes du Temps” est une bande dessinée ludique sur le patrimoine gallo-romain de Saintes, en Charente-Maritime, autrefois appelée Mediolanum Santonum. Le lecteur fait connaissance avec Romain et Gaëlle, des adolescents passionnés d’histoire qui vont franchir les Portes du Temps.

Lire la suite →

Maria Callas, quand la diva révèle la femme

ÉVÉNEMENT
Maria Callas est toujours là, avec nous. Sa prestance, son regard, son aura, et surtout sa voix. En elle, tout était profondeur, clarté, émotions. La postérité l’a accueillie en son sein à jamais, reconnaissante et comblée, qu’on aime l’opéra ou pas, et la célèbre cette année 2017 pour les quarante ans de sa disparition. Thierry de La Croix, fondateur des éditions Michel de Maule, et Tom Volf, réalisateur, photographe et auteur, qui ont en commun leur passion pour la Diva, ont remué ciel et terre pour mener à bien leurs projets d’hommage. Le 11 décembre 2017, dans le cadre du Club des Millefeuilles, c’est au Monsieur Restaurant privatisé du prestigieux Hôtel Lancaster Paris, dans un décor chargé d’Histoire, que les magnifiques lustres en verre de Murano ont réverbéré la voix unique de la Diva. Ce soir-là, le menu s’est décliné en partitions bellissima afin d’enchanter les papilles et réenchanter la mémoire vivante de Maria Callas.

Lire la suite →

“À la folie”, Clémentine Célarié

CHRONIQUE
Avec ce troisième ouvrage aux éditions du Cherche-Midi, Clémentine Célarié revient en force et en douceur sur un thème qui lui est cher. “À la folie” entraîne le lecteur dans le monde des “empêchés”, comme elle le formule si pudiquement, c’est-à-dire des personnes internées dans des établissements psychiatriques. Avec son héroïne Marguerite, une vedette du petit écran en crise existentielle, elle jette une passerelle entre les vaillants et les accidentés de la vie. Elle y met beaucoup de sa fougue et de sa légèreté pour transfigurer sa Marguerite en pleurs en une Rita rieuse. Une histoire d’amour fou, total, vrai, unique, naît dans le dernier refuge des êtres retranchés du monde que Marguerite/Rita se donne pour mission de réveiller. L’aria entêtant des Souffrances de Werther (opéra de Massenet) rythme, au fil de la narration, les aventures des résidents, agissant comme un aiguillon sur leur cœur assoupi.

Lire la suite →

“La croisière, ça use”, une pêche miraculeuse

THÉÂTRE & CO
La nouvelle comédie d’Emmanuelle Hamet “La croisière, ça use !” est un voyage au long court chahuté de rires et de surprises. Un skipper de pacotille doit convoyer un voilier de Tanger à Ibiza. C’est ainsi que deux marins d’eau douce et deux passagères aux personnalités bien tranchées se retrouvent sur le Hakuna Matata, en pleine tempête, sans eau, sans vivres et sans radio. Bâtie sur un scénario basique, la pièce prend toute sa valeur avec les réparties qui claquent aux vents contraires. La mer démontée fait chavirer le scénario dans l’enchaînement des catastrophes. Les passagers, chacun arrimé à son objectif de départ, vont traverser la tempête dans un déferlement de situations loufoques et irrésistibles, jusqu’au point de rupture. Une croisière, ça use forcément à ce rythme de tous les diables. Sous une mise en scène énergique et synchrone de Luq Hamett (également Directeur du théâtre), Éric Massot, Marie-Aline Thomassin, Émilie Marié, Lionel Laget souquent ferme et bien, sans perdre le nord. Cette pêche d’enfer tient du miracle. Alors, plus d’hésitation, embarquement immédiat au théâtre Edgar !

Lire la suite →

Avec Manon Lepomme, c’est du merveilleux à croquer !

THÉÂTRE & CO
Une boule d’énergie surgit sur la scène du Point Virgule. Elle rougeoie, pétille et claironne en même temps. Elle s’appelle Manon Lepomme, elle est belge et refuse d’aller chez le psy. Pourquoi y irait-elle d’ailleurs ? Le rire ne permet-il pas de tout surmonter, même les galères qui accostent toujours au même port ? Manon Lepomme a le rire bien ancré en elle, et c’est tant mieux, car elle a essuyé bien des tempêtes lorsqu’elle était professeure. Ça vous prépare à toutes les avaries l’Éducation nationale ! Abandonnant la salle de classe, Manon Lepomme a choisi un terrain de jeu plus ludique : la scène ! Bien lui en a pris. Elle se donne à mille pour cent et, visiblement, c’est l’éclate totale pour elle. “Non, je n’irai pas chez le psy !” est un one-woman-show survitaminé, qui redonne la pêche et l’envie de dévorer du merveilleux !

Lire la suite →

“L’Ordre du jour”, Éric Vuillard

CHRONIQUE
Les écrits d’Éric Vuillard sont régulièrement distingués par des prix. Avec le dernier en date, “L’Ordre du jour” chez Actes Sud, il décroche le prix Goncourt, le Saint Graal des auteurs, alors même qu’il n’était pas favori. Le thème et le style ont emporté l’adhésion de la majorité du jury ; ils plairont à coup sûr à ceux qui n’ont pas encore lu ce petit bijou d’orfèvrerie littéraire. L’auteur s’est penché sur le thème de la Seconde Guerre mondiale, mais circonscrit au financement du parti national-socialiste et à l’Anschluss. Sujet ambitieux s’il en est par la rareté des ouvrages sur ce pan délicat, mais fondamental, de l’Histoire. Car, au début, il y a toujours l’argent ! Sans financement, y aurait-il eu l’annexion de l’Autriche ? Hitler aurait-il eu les moyens de sa démesure ? L’auteur met brillamment en perspectives l’envers de cette invasion loin d’être aussi glorieuse que ce que la propagande nazie a voulu faire croire. Il nous l’explique avec la précision d’un compte-à-rebours inéluctable. Les dates se répondent entre elles et se répercutent dans la promesse de la fureur. Le déroulement des préparatifs de guerre est la funeste conséquence de ce fameux ordre du jour qui a validé le versement de dons substantiels dans les caisses du parti.

Lire la suite →

“Meilleurs alliés”, duel magistral au sommet de l’Histoire

THÉÂTRE & CO
Avec “Meilleurs alliés”, c’est une page d’un épisode déterminant de l’Histoire de France qui se tourne et se retourne au Théâtre du Petit Montparnasse, où deux monstres sacrés s’affrontent dans un dernier combat patriotique. Le 4 juin 1945, à Londres, Winston Churchill annonce à Charles de Gaulle le débarquement des Alliés sur les plages de Normandie prévu le surlendemain, mais sans la France. L’auteur Hervé Bentégeat imagine cette rencontre où se dispute une joute oratoire hors norme qui use de l’humour caustique et des escarmouches de l’esprit avec la même dextérité. Il a trempé sa plume dans la mythologie des deux personnages pour leur redonner vie et les opposer de façon magistrale. Pascal Racan et Michel de Warzée ne se contentent pas de se glisser dans leur uniforme, ils projettent une autorité légitime et naturelle. L’impression est telle que ce rendez-vous semble se jouer pour la première fois, et seulement pour soi.

Lire la suite →

“Volpi, Prince de la Venise moderne”, Bernard Poulet

CHRONIQUE
« Volpi, Prince de Venise moderne », de Bernard Poulet, est un essai instructif et éloquent qui relate la biographie de l’industriel et politicien Giuseppe Volpi au temps du fascisme italien, mais aussi son combat passionné et passionnant pour redonner à Venise toute sa grandeur passée. Le journaliste s’emploie avec méthode à percer le « mystère Volpi », comme l’évoque dans sa préface Jean-Paul Kauffmann. C’est un homme de paradoxes qui navigue dans les eaux troubles d’un fascisme économique. L’auteur fait marcher, en parallèle et d’un même pas, Giuseppe Volpi et Venise comme deux inséparables. Il met en lumière les efforts constants de l’industriel pour faire immerger de la lagune la « Troisième Venise » qui s’intercalerait entre ceux qui la conjuguent au passé figé et ceux qui l’imaginent au futur dévastateur. Volpi et Venise, même destinée d’une flamboyance qui finira par déchoir. Le premier pour ne pas avoir eu le temps de se disculper, la seconde pour avoir été abandonnée aux mains d’un capitalisme effréné.

Lire la suite →

“Ramsès II”, où la perversion sublimée

THÉÂTRE & CO
Être fou ou ne pas l’être, telle est la question que l’on se pose au sortir de Ramsès II, une pièce tragi-comique qui se donne aux Bouffes Parisiens. La question est claire, les réponses sont troubles. Habitué des scénarios torturés, d’apparence sans queue ni tête, l’auteur Sébastien Thiéry s’est encore surpassé en empruntant au monde de l’absurde une situation hitchcockienne perturbante. Bon sang ! Mais qui est fou dans l’histoire ? Les personnages ? L’auteur ? Ou les spectateurs ahuris, sonnés, désorientés ? Ont-ils vraiment vu ce qu’ils ont vu ? Si oui, pourquoi les personnages font-ils semblant ? Y a-t-il vraiment manipulation ? La perversité qui se dévoile jusqu’à l’outrance est-elle réelle ? On raisonne, on se raisonne, on veut résister à la déraison. Mais le drame familial qui déclenche des émotions contradictoires, entre rires et horreur, arraisonne les évidences, brouille la lucidité, et finit par échouer votre raison sur une plage d’insondables perplexités. Un coup de génie !

Lire la suite →

“Mécaniques du chaos”, Daniel Rondeau

CHRONIQUE
Le 26 octobre 2017, “Mécaniques du chaos”, de Daniel Rondeau, se voit décerner le Grand prix du roman de l’Académie française. L’ouvrage est lourd, le contenu terrifiant. Trafics d’armes, de stupéfiants et d’arts, terrorisme, extrémisme religieux, querelles politiques, exodes de migrants, prostitution de luxe, pédophilie… C’est comme si l’engeance humaine s’était donné rendez-vous dans ces 464 pages. Ce thriller d’un réalisme édifiant donne à découvrir une fresque géopolitique enfiévrée, où chaque fragment de la mosaïque est consubstantiel de l’ensemble cacophonique du monde. À travers onze personnages principaux, vivant, agissant et se débattant dans les heures les plus sombres de l’Histoire en marche, l’auteur démonte et remonte en prose journalistique cette mécanique déréglée. En cause, les rancœurs franco-algériennes des massacres de Sétif en 1945 et la radicalisation des banlieues françaises due à la politique occidentale en Libye ou en Irak.

Lire la suite →

“Les Goguettes en trio (mais à quatre) : Merci Macron !”, les mousquetaires du Verbe heureux

THÉÂTRE & CO
Au théâtre de Trévise, le groupe de chansonniers Les Goguettes en trio (mais à quatre) vous embarque dans un détournement immédiat des plus grands tubes français pour épingler l’actualité et surtout ceux qui la font. “Merci Macron” est la dernière version de la rentrée 2017 ! Les si spirituels Stan, Aurélien Merle, Valentin Vander et la merveilleuse pianiste Clémence Monnier éclipsent le temps dans leurs habits de scène rouges et noirs. Ils ont le geste passionné, l’œil frétillant de malice et la complicité volubile. Ces quatre mousquetaires, prêts à en découdre sous la bannière fédératrice de l’humour, ont affûté leur tranchant à l’actualité, si généreuse en scandales politiques et en attentats aux bonnes mœurs. Sur ce terreau fertile et inépuisable, ces fines lames du verbe touchent juste et bien, jusqu’à mort (de rire) s’en suive.

Lire la suite →