« Un vrai couple », un duo au diapason du vrai

THÉÂTRE & CO 

Avis de PrestaPlume  ♥♥♥

Critique éclair

Sur la scène de La Comédie des Boulevards se joue « Un vrai couple », à la vie à la mort, mais surtout à la ville. Cette pièce écrite par les deux comédiens, Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin, sur leur belle et improbable histoire d’amour sent le vécu dans ses moindres détails et les multiples situations. Belle, car ils sont lumineux et enthousiastes de partager leur bonheur. Improbable, car cela n’aurait jamais dû « matcher » entre eux. Pensez donc ! Ils ne sont pas de la même génération ! Arnaud est un éternel adolescent qui écoute des chanteurs morts et aime le karaoké et l’alcool, tandis que Gaëlle préfère Lady Gaga, la méditation et arrose ses soirées à l’eau de rose ! Pourtant, ils sont bel et bien tombés amoureux et entendent nous le conter par le menu, depuis la première rencontre jusqu’à la naissance de leur enfant. À cette mise en bouche romanesque, ils ont incorporé une généreuse rasade d’humour et un bon zeste d’interaction complice avec les spectateurs, faisant ainsi de leur vie de couple un pur divertissement, enlevé, tendre et réjouissant.

Résumé

Rien ne les prédisposait à s’aimer, encore moins au coup de foudre… même s’il peut être à sens unique. Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin se rencontrent sur scène, lors d’une répétition. Pour lui, c’est le fameux coup de foudre, celui qui rend tout clair et évident et qui, l’instant d’après, embrouille tout. Gaëlle le trouve ringard avec son vieux blouson de cuir râpé, mais il la fait rire… et ça, c’est un bon début. L’histoire pourrait en rester là, mais Arnaud s’obstine à lui donner rendez-vous. À partir de cet instant, ils vont apprendre à se connaître, à découvrir l’intimité de l’autre dont l’intérieur domestique aura donné quelques indices, parfois flippants et pas toujours probants. La Parisienne, sexy et pragmatique, pourra-t-elle s’accorder avec un poète qui habite la banlieue, écoute du Mike Brant et possède un ouvrage très imagé sur les phallus ? Pour cela, chacun devra faire un pas vers l’autre  : Gaëlle acceptera-t-elle de vivre à deux, ou plutôt à trois avec la fille d’Arnaud qui est un tantinet pro sataniste ? Arnaud ira-t-il jusqu’au Portugal pour demander la main de Gaëlle ? Le temps et le désir en décideront.

Pour approfondir

Les histoires d’amour sont toujours merveilleuses, au début. Mais, après trois ans, qu’en reste-t-il ? Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin nous font la démonstration sur scène que, même si on n’a pas la même vision de ce que représente son propre couple, la source d’amour peut être intarissable. Amoureux dans la vie, amoureux sur scène, ce magnifique duo de comédiens livre son intimité avec l’énergie de la passion, une once de pudeur coquine et une sacrée dose de détachement (ou de bienheureuse lucidité) sur leur couple cousu main malgré leurs différences, mais aussi sur les compromis tacites, les piques taquines, les défauts maquillés… qui sont « autant de chance », comme dit la chanson de Goldman. Sur un texte bien construit, où fleurissent jeux de mots, traits d’esprit, imitations, chants et moult facéties, Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin s’amusent autant que nous entre chamailleries et tendresse, entre mauvaise foi et bons sentiments. Respectant la sensibilité et la personnalité de chacun, la mise en scène de Nicolas Nebot propose un tout cohérent avec la succession de sketches et la variation des rythmes, ce qui lui permet de mettre au diapason les rires et les cœurs. Une franche et magnifique réussite !

Nathalie Gendreau
©Stéphane Kerrad (première photo)
©Nathalie Gendreau (seconde photo)


Distribution

Avec :  Arnaud Gidoin et Gaëlle Gauthier

Créateurs

Auteur : Arnaud Gidoin et Gaëlle Gauthier

Metteur en scène : Nicolas Nebot

Tous les lundis à 20 heures jusqu’au 27 avril.

A la Comédie des Boulevards, 39, rue du Sentier, Paris IIe.

Durée : 1 h 10

1 réflexion au sujet de « « Un vrai couple », un duo au diapason du vrai »

  1. Ce « Vrai Couple » que nous présente Presta Plume pourrait servir de modèle à bien des rencontres qui par pudeur, par égoïsme, et souvent par une tolérance en berne, ont oublié que « la meilleure façon de matcher c’est de mettre un pied devant l’autre et de recommencer.. » (air connu). Bien sûr qu’il faut oser si l’on ne veut pas être voué aux regrets éternels. Et cette pièce semble prouver que les différences, quelles soient d’âge, de culture ou de niveau social peuvent aussi être le piment « qui relève le plat » (slogan connu). Encore merci à Nathalie Gendreau pour cette recommandation qui est aussi une leçon de Vie et d’amour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest