« Un petit jeu sans conséquence », les hasards du désamour

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

 

Laure Tregouet (Claire) et Fabrice Panetier (Serge)

La belle lumière de la comédie de Jean Dell et de Gérald Sibleyras, “Un petit jeu sans conséquence“, ne faiblit pas avec les années. La mise en scène d’Éric Laugérias (metteur en scène, mais aussi comédien, auteur, scénariste, homme de radio) prolonge le charme croustillant qui avait fait de ce texte savoureux un vrai succès en 2003. Le Molière de la meilleure pièce à sa création ne saurait le démentir ! Produite par la Compagnie des Hauts de Scène, la pièce “Un petit jeu sans conséquence” se renouvelle au théâtre Le Mélo d’Amélie, à Paris, avec de jeunes comédiens surprenants de sincérité et de vivacité.

Claire (Laure Trégouet) et Bruno (Alain Cerrer) filent le parfait amour depuis dix ans, sans heurts et sans ferveur. Il a fallu une fête de famille et une réflexion anodine de Patrick (Michel Baladi), le cousin sympa mais envahissant, pour transformer un ciel sans nuage en une tempête conjugale mémorable. Claire étouffe dans ce couple pantouflard. La belle rêverait-elle d’une pantoufle de vair ? Par défi, elle annonce au cousin que Bruno et elle se séparent. Les mauvaises nouvelles filant généralement comme le vent, bientôt toute la famille est au parfum. Le défi devient un jeu qui s’intensifie, Claire s’amuse beaucoup, Bruno est attiré malgré lui dans une tragédie. D’autant que chacun y va de ses petites remarques acerbes, assassines, désobligeantes, et de ses rancœurs enfin libérées. Les masques tombent, les illusions aussi. Entre Axelle (Nathalie Trégouet), la bonne copine de Claire qui a mauvaise conscience et Serge (Fabrice Pannetier), le meilleur mauvais ami de Bruno, qui est amoureux en douce de Claire, c’est un jeu serré qui se joue.

Les personnages, comme les phrases ciselées puisées dans leur besace, font mouche, virevoltent de la scène à la coulisse, formant et déformant des couples de comédiens en forme olympique. Le texte est exigeant, il requiert à la fois dynamisme et profondeur. Un duo de postures guère aisé à produire à la demande. Mais, quand la magie opère, c’est toute la salle que le jeu emporte dans le rire. L’intensité du drame qui se noue est tangible quand elle se confronte à la fragilité des liens qui unissent les personnages, surtout dans cette petite salle voûtée qui réduit la frontière entre les comédiens et les spectateurs. Les phrases ricochent sur les émotions qui varient, qui se transforment à mesure que le jeu devient plus sérieux.

À la fin d’une partie tonitruante d’une heure vingt, c’est « échec et mat » pour ce couple pris à son propre jeu. Un jeu qui redistribue forcément les cartes du destin. Pour les spectateurs, « Un petit jeu sans conséquence » sera soit une découverte éblouissante, soit une redécouverte attendrissante. En tout cas, ce sera l’assurance de passer un moment délicieux et distrayant, et l’opportunité de s’interroger un instant sur ce jeu qui n’est pas sans conséquence sur nos petites hormones du bonheur !


« Un petit jeu sans conséquence »
Comédie de Jean Dell et Gérald Sibleyras
Mise en scène de Eric Laugérias

Avec Alain CERRER, Laure TREGOUET, Fabrice PANETIER, Nathalie TREGOUET  et Michel BALADI.
Théâtre Le Mélo d’Amélie, 4 rue Marie Stuart 75002 Paris

Durée : 1 h 20
Prolongations – Horaires : du mardi au samedi 20h et dimanche 16h30.

 

[wysija_form id=”2″]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.