« Silence, on tourne ! », Action ! Séduction !

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

 

 

Installée au Théâtre Fontaine, à Paris, depuis janvier 2017, la pièce Silence, on tourne ! continue de déployer son jeu de séduction avec rires et fracas. Après le succès de Thé à la menthe ou t’es citron, Patrick Haudecœur et Gérald Sibleyras proposent une comédie dans la pure tradition du vaudeville sur le thème du cinéma. Leur écriture impertinente d’une efficacité redoutable permet de dérouler un tapis de névroses chatoyantes : amours déçues ou intéressées, jalousie entre les acteurs, rancœur des abonnés aux seconds rôles, etc. C’est un réjouissant prétexte aux quiproquos, gags et autres acrobaties qui emporte l’adhésion d’un public tortillé de rires, jusqu’au point culminant du comique où un spectateur est invité à jouer le rôle capital de l’amant.

Tout commence avec un prologue musical aux airs entraînants d’un trio de Jazz style New-Orléans. Les cœurs sont gonflés à bloc, l’assistant-réalisateur Batistin peut prévenir les spectateurs qu’ils ont été choisis pour jouer les figurants du film « Une étoile est morte ». La scène du tournage est celle « du mari trompé qui va interrompre une représentation en public pour tuer l’amant de sa femme qui est dans la salle… » Parfait ! Le public s’esclaffe puis s’exclame à la demande, pour se roder. La salle tient son rôle à merveille.

Pour l’équipe de tournage, c’est une autre histoire ! L’assistant-réalisateur Batistin (Patrick Haudecœur) doit remplacer au pied levé le cascadeur qui s’est fait porter pâle. Puis, son idylle avec la jeune première du film (Nassima Benchicou) devient un cauchemar. Celle-ci se révèle mante ambitieuse, prête à dévorer quiconque se met en travers de sa carrière. Le réalisateur (Jean-Pierre Malignon) est l’une des victimes, il enrage de jalousie et promet mille morts à l’amant inconnu. La mort, c’est aussi ce qui pend au nez du producteur (Philippe Uchan), car il a perdu une fortune au jeu. Or sa femme Rose (Isabelle Spade), qui tient le premier rôle du film, ne veut plus payer pour ses inconséquences. Quant à Philippe (Stéphane Roux) qui joue le cocu vengeur, il passe inaperçu sur le plateau alors qu’il pense irradier de talent…

Voilà de magnifiques névroses qui servent à dessein une pièce à rebondissements. Silence, on tourne ! est un tonitruant chassé-croisé de personnages qui s’entrechoquent, s’aiment, se détestent, se confient, se mentent, se dévoilent. Dans cette mise en abyme satirique de leur métier, les douze comédiens, complices et à la bonne humeur contagieuse, font progresser avec enthousiasme leur personnage vers leur destin. Ainsi, Patrick Haudecœur évoque un Batistin gentil et candide qui peu à peu va gagner en confiance et s’affirmer ; Philippe Uchan est un producteur cynique avant de sombrer dans la veulerie ; Nassima Benchicou est glaçante à souhait dans son rôle d’ange arriviste ; Stéphane Roux donne au vaniteux Philippe un aplomb si désarmant et attendrissant qu’on en viendrait à ne voir que lui… Quant à l’amant malgré lui, il parvient avec brio et cabrioles à tirer son épingle du jeu, jusqu’à l’apothéose finale où tombent les masques… Tous les masques ! Bref, vous l’aurez compris, cette comédie est une tuerie !

 


« Silence, on Tourne ! »
 
Auteur : Patrick Haudecœur et Gérald Sibleyras

Mise en scène de Patrick Haudecœur

Avec Isabelle Spade, Philippe Uchan, Patrick Haudecœur, Nassima Benchicou, Jean-Pierre Malignon, Stéphane Roux, Véronique Barrault, Adina Cartianu, Gino Lazzerini, Patricia Grégoire, Jean-Louis Damant, Jean-Yves Dubanton.

Décors : Jean-Michel Adam

Costumes : Juliette Chanaud

Création lumières : Marie-Hélène Pinon

Bande-son et bruitages : François Peyrony

Pascal Legros Production

Au théâtre Fontaine, 10 rue Fontaine 75009 Paris.

Jusqu’au 30 décembre 2017, du mercredi au samedi à 21 heures, une séance supplémentaire le samedi à 18 heures et le dimanche à 16h30.

Durée : 1h45.

 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *