« Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur », un biopic théâtral de haut vol

THÉÂTRE & CO 

Avis de PrestaPlume  « Coup de cœur »

Critique éclair

Il suffit d’évoquer Saint-Exupéry pour que « Le Petit Prince » surgisse de l’enfance. Qui ne connaît pas ce petit être délicat qui cherche à comprendre la vie ? Que vous ayez grandi avec son message d’humanité ou pas, le biopic théâtral « Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur » vous transportera littéralement dans sa vie d’homme engagé, lettré et aventurier, passionné par l’aviation et son pays. Créée au théâtre des Béliers à Avignon durant le festival Off, la nouvelle pièce d’Arthur Jugnot et Flavie Péan s’installe enfin au théâtre du Splendid jusqu’au 6 novembre. Quels que soient les qualificatifs élogieux employés, aucun ne peut donner l’exacte mesure des émotions suscitées par ce récit aussi beau que singulier qui relate la vie de ce héros ordinaire et le mystère qui entoure sa disparition en 1944 en mer Méditerranée. C’est comme cet effluve de madeleine – si chère à Proust – qui revient titiller nos tendres souvenirs, mais sous une forme inédite, plus complexe en sensations qui se combinent comme par magie. La magie est réelle, et on y croit. Nos cœurs d’enfant et d’adulte, unis dans l’instant, exultent de ravissement. L’écriture est taillée pour Saint-Exupéry, à la fois poétique et drôle. Les traits d’esprit succèdent aux émotions. La scénographie de Juliette Azzopardi et Jean-Benoît Thibaud est époustouflante d’imagination, créant un livre ouvert enchanté. Les six comédiens, dont certains campent plusieurs rôles, sont d’une justesse inouïe. Quant à la mise en scène d’Arthur Jugnot, elle est méticuleuse, dynamique, inventive. Si Saint-Exupéry est bel et bien revenu parmi nous, ce n’est pas l’œuvre d’un mystère, mais du talent !

Résumé

Le rideau s’ouvre sur un décor contemporain, dans un salon qui parle au passé et aux regrets. Nous sommes en 2013, en Allemagne, un couple et un adolescent reviennent du cimetière. L’homme a enterré son père, un « nazi » comme le qualifie son fils, en rébellion contre la figure paternelle qui a quitté le foyer, avant de le réintégrer des années plus tard. La pilule est dure à avaler pour Anton, qui n’a pas de mots assez durs pour blesser son père. Alors que la conversation entre les deux vire à l’explosion, la mère tempère : il reste peu de temps pour emballer quelques affaires avant de quitter définitivement les lieux. C’est alors que le père confisque le portable de son fils pour lui remettre entre les mains la biographie d’Antoine de Saint-Exupéry, un auteur que le défunt vénérait, car obsédé par sa disparition. De mauvaise grâce, Anton fait connaissance avec l’auteur du Petit Prince et se prend peu à peu d’affection, voire de passion, pour cet homme à la vie intrépide et au courage exemplaire. D’épisodes marquants en crashs d’avion, la vie de Saint-Exupéry se mêle à celle du jeune Anton, créant un espace-temps autour d’un secret de famille. En se nourrissant des aventures du héros, le jeune adulte non seulement se réconcilie avec son propre passé, mais prendra aussi toute la mesure du legs de son grand-père à la postérité.

Pour approfondir

Antoine de Saint-Exupéry est plus qu’un homme au parcours extraordinaire. Il est une figure tutélaire de notre histoire nationale. Un penseur humaniste au cœur dans les étoiles. Raviver sa mémoire et son œuvre aurait pu relever de la mission impossible. Il aura fallu le talent conjugué et l’humilité reconnaissante d’une troupe de théâtre pour donner à ressentir l’homme qu’il était, mais aussi son message d’humanité. Le pari est gagné sans triomphalisme, en toute simplicité à l’image du héros. « Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur » est un bijou, de belle facture et de drôlerie tendre, qui rend un hommage éternel à l’étoile filante que fut Saint-Ex. Rappelant le style de Stefán Zweig qui nous contait ses histoires par emboîtement, Arthur Jugnot et Flavie Péan ont bâti leur pièce sur le même principe. Par un subterfuge ingénieux, Juliette Azzopardi et Jean-Benoît Thibaud l’ont mis en musique narrative. Le livre biographique que commentent à tour de rôle le père et le fils est le sésame qui ravive une scène signifiante de la vie d’Antoine de Saint-Exupéry. Deux pans du décor s’ouvrent d’abord sur l’enfant qui fait son premier vol, puis sur le jeune homme qui se cherche dans différents boulots avant de devenir l’aventurier parcourant le monde pour tracer des itinéraires. Apparaissent ensuite « Pique la lune », comme il était surnommé par ses amis, l’aviateur heureux de voler malgré ses très nombreux crashs, dont un lui a coûté un bras. Au cours de ses voyages, il tombe amoureux de la fougueuse Consuelo. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’écrivain passionné qui venait d’achever « Le Petit Prince » s’engage auprès des Alliés pour servir sa patrie. L’homme d’action et l’homme des mots ne connaîtront l’issue ni de la guerre ni du conte philosophique. Son Lightning P38 s’est abîmé dans la Méditerranée le 31 juillet 1944.

Pour tenir ce rôle exigeant, Davy Sardou et son jeu généreux, tout en force et en failles. Les joies et les blessures de Saint-Exupéry alternent à fleur de peau et de cœur. L’énergie de sa vie est palpable, on pourrait presque la prendre au creux de nos mains pour la partager autour de soi. On y croit dur comme fer, et on s’embarque avec le personnage qui n’aspirait qu’à voler, en paix, en temps de paix. Pierre Bénézit est un père bougon et maladroit, attendrissant dans sa volonté de regagner l’amour de son fils via un monument de la littérature. En tentant ce passage de témoin, il reconquiert en même temps son âme d’enfant, que le comédien donne à percevoir par un regard malicieux qui transperce la culpabilité. Axel Auriant (en alternance avec Lancelot Cherer) ajoute une note juvénile indispensable au réveil du Petit Prince. La révolte et la colère de son personnage cachent un grand désarroi et un cœur écorché par l’abandon. Grâce à ce nouvel intérêt pour l’aventurier, Anton ne pouvait que partir à la rencontre du petit prince qui sommeillait en lui. Tout feu tout flamme dans sa peine, il relève la tête, s’ouvre au monde et essaye de le comprendre, suscitant la tendresse d’un parent consolateur et la fierté de le voir s’ébrouer enfin à la vie. Axel Auriant est tout cela à la fois, remportant l’enthousiasme unanime du public. Laurence Porteil (en alternance avec Caroline Santini), Flavie Péan, Antoine Lelandais assurent leur partition à merveille, donnant la réplique avec aisance et vivacité, alternant gravité et légèreté, tristesse et rires. L’objet littéraire à la fois universel et incomparable est soudain doué de vie par la magie du théâtre et surtout par le talent et la passion de chacun. Reconnaissance éternelle !

Nathalie Gendreau
©Arnaud Duriot


Distribution
Avec : Davy Sardou, Flavie Péan, Pierre Bénézit, Laurence Porteil ou Caroline Santini, Antoine Lelandais, Axel Auriant ou Lancelot Cherer

Créateurs
Auteur : Arthur Jugnot et Flavie Péan
Metteur en scène :  Arthur Jugnot
Assistante de la mise en scène : Louise Danel

Scénographie : Juliette Azzopardi et Jean-Benoît Thibaud
Costumes : 
Bérangère Roland
Musique : Romain Trouillet
Lumières : Thomas Rouxel
Vidéo : Sébastien Mizermont

Du mardi au samedi à 21 h et le samedi à 16 h 30 jusqu’au 6 novembre 2021.

Au théâtre du Splendid, 48 rue du faubourg Saint-Martin, Paris Xe.

Durée : 1 h 30

2 réflexions au sujet de “« Saint-Exupéry, le mystère de l’aviateur », un biopic théâtral de haut vol”

  1. Manifestement Nathalie Gendreau a trouvé une nouvelle pépite. Récompense de l’orpailleur qui inlassablement draine les terrains aurifères de la culture. Récompense qu’elle partage avec nous en nous signalant cette pièce de théâtre inspirée du légendaire Saint-Exupéry.

    C’est un bon moment pour nous rappeler ce héros disparu mystérieusement aux commandes de son avion lors d’une mission contre les ennemis de la France en 1944.

    A ses talents de pilote mort au combat, Antoine de Saint-Exupéry a ajouté une immense qualité de poète écrivain, avec son célèbre « Petit Prince », qui a rendu son auteur immortel.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest