« Moïse d’Égypte – L’Enfant des trois Livres », Nathalie Beaux

 

Extrait

« Te voilà enfin, petit enfant… Mon cœur est embrasé par ta présence et je comprends pourquoi tous se retournent sur ton passage, captivés. Enfin ! Toi que j’ai craint mais ne peux m’empêcher d’aimer ! Enfin ! Petit être de lumière, viens dans mes bras, viens tout contre moi… »
Le roi ouvre les bras et accueille en son sein Moïse. L’enfant le regarde intensément. Le souverain se place au bord de ce lac immense, n’osant y pénétrer, saisi d’une crainte presque sacrée. Il perçoit dans ces yeux autre chose qu’un regard d’enfant. Comme si Moïse portait en lui un souffle que rien ne pourrait entraver, empreint de joie… mais aussi de douleur ?

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

De la vie de Moïse, que peut-on savoir de plus ? À l’évocation de ce prophète, je revois se dérouler devant mes yeux d’enfant ébahis un film culte, « Les Dix Commandements« , réalisé par Cecil B. DeMille en 1956. Le livre de Nathalie Beaux, « Moïse d’Égypte – L’Enfant des trois Livres« , non seulement ressuscite ce souffle épique et romanesque de mes souvenirs, mais redonne au personnage biblique une dimension d’homme à plusieurs stades de sa vie. Et, ô miracle !, elle parvient dans sa fiction romanesque à me détacher de l’image entêtante de Charlton Heston pour cheminer vers un Moïse vierge de toutes projections. Pour dépeindre ce Moïse dépouillé, l’auteure égyptologue s’appuie sur les textes fondateurs des trois religions (juive, chrétienne et musulmane), imprégnant ainsi sa plume de la Lumière de l’Histoire. En restituant le verbe juste à cette figure symbolique, elle commet un ouvrage documenté fascinant, poétique et très instructif.

Moïse sera prophète. C’est l’apparition d’une étoile qui l’a annoncé au moment de sa conception. Né dans un foyer d’amour, il est entouré de ses parents vieillissants, Imran et Yokebed, et de son frère Aaron et de sa sœur Myriam. Sa beauté et sa vivacité en fait un nourrisson prometteur. Ses premiers mois se passent au milieu des siens, nourri au sein et à la culture juive, sous une protection divine qui se manifeste très tôt. Car Dieu a un plan pour cet enfant, dont le peuple plie depuis bien trop longtemps sous le joug de Pharaon. Sauvé des eaux, il est adopté par la fille stérile de Pharaon, qui est émerveillée par sa lumineuse beauté et son regard si profond qu’il semble venir du sacré. Moïse a échappé à la tuerie orchestrée par Pharaon qu’un mauvais présage avait rendu implacable. C’est ainsi que cet enfant juif sera élevé dans la tradition égyptienne, jusqu’au jour où il se verra contraint de fuir vers le désert. Et la suite est connue : l’exil, le Buisson Ardent, le commandement de Dieu, le retour dans la vallée du Nil pour préparer son peuple à l’Exode et l’autorisation du pharaon vaincu de laisser partir le peuple hébreu.

L’égyptologue Nathalie Beaux a focalisé son œil d’expert sur cette première partie de la vie de Moïse, vivant partagé entre deux cultures, dont la tradition a retenu seulement quelques lignes sur son enfance et son adolescence et quelques pages sur le Buisson Ardent, sa rencontre avec Dieu et les plaies d’Égypte. Et soudain, c’est une autre histoire qui prend forme. Par la magie de l’écriture inspirée, l’auteure dévoile les coulisses d’une vie bien trop lissée par le film en apportant de la chair à l’enfant qui se prépare à être le « Voyant de Dieu ». On pénètre les pensées des personnages en proie à leurs doutes, mais dont les actes sont guidés par leurs dieux respectifs, le dieu des Juifs et les dieux des Égyptiens. Par le truchement des pensées et des rêves de chacun, l’auteure leur rend toute leur humanité tout en justifiant la cohérence de leurs actions et réactions. L’une de mes grandes questions de l’époque était de savoir pourquoi le pharaon avait élevé Moïse alors qu’il savait qu’il serait le responsable de la chute de son royaume. Nathalie Beaux y répond, tout en finesse et en clarté. Outre les explications, l’auteure fait aussi œuvre de réconciliation et d’apaisement… C’est un livre qui vient s’apposer comme un baume sur notre histoire contemporaine meurtrie par une nouvelle guerre qui perpétue le Massacre des Innocents… au nom de Dieu.

 

Éditions MédiasPaul, avril 2017, 253 pages, 19 euros.



 

1 commentaire sur “« Moïse d’Égypte – L’Enfant des trois Livres », Nathalie Beaux

  1. Un nouveau bravo à Presta Plume qui, en quelques lignes, traite si bien de cette force, de cette lumière, de cette foi « qui peut déplacer les montagnes ». Une fois de plus elle va me déplacer jusqu’à la librairie « Le Divan », mon lieu de prédilection pour me ressourcer auprès de ce qui nous donne une des plus belles récompense  : LE LIVRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *