« Mes chats », Evelyne Dress

Extrait (page 30)
« Créer est un acte puissant, un geste sacré, parfois douloureux, qui implique de se mettre en danger, de se retrouver face à ce qu’il y a de plus secret en soi, de plus intime et profond. Il me sembla que la présence rassurante de ce chat, qui n’avait pas de nom, m’apportait un début de sérénité, de réconfort, de cette paix intérieure dont j’avais tant besoin pour écrire. Je le sentais derrière moi, comme un ami discret, il ne se manifestait pas, ne miaulait pas, pourtant, il était là. Et j’adorais cela. »

« Mes chats », Evelyne Dress

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

Petite parenthèse entre deux romans, « Mes chats » d’Évelyne Dress (aux Éd. Glyphe) est un récit sur la tendresse infinie que l’auteure voue à ces félidés. Cet amour n’a cessé de grandir depuis que l’un d’entre eux, Minouche, une « boule de poils tigrée blanche et grise » lui a été offerte pour ces cinq ans. D’une « fidélité sans faille », il a été son premier confident et un baume apaisant sur ses douleurs articulaires… jusqu’à l’inconséquence de sa cadette qui l’a laissé s’échapper. Un drame pour la petite Évelyne que rien ne parvenait à consoler. Curieusement, plus tard, ses futurs compagnons à quatre pattes ne furent qu’une succession de rencontres, belles mais éphémères, que l’auteure s’amuse à comparer avec ses histoires de cœur. Chacun avait son caractère et une indépendance à toute épreuve qu’elle respectait scrupuleusement, mais avec au cœur un besoin viscéral de leur plaire à tout prix. Que n’aurait-elle pas dépensé pour le bonheur de ces petits sacripants pas toujours reconnaissants ! Vif et touchant, ce récit aux anecdotes craquantes soulève un pan intime de l’auteure qui se livre avec pudeur et sincérité. Un instant ronron que les adorateurs de chats – mais aussi et surtout les fans de l’écriture sensible d’Évelyne Dress – apprécieront.

Le mot de l’éditeur

Le meilleur ami du chat, c’est l’écrivain, on le sait. Evelyne Dress n’échappe pas à la tradition et nous dévoile quelques anecdotes savoureuses sur ses rencontres félines. « Ces êtres silencieux, tantôt émouvants et sages, tantôt profonds et rebelles, m’ont aidée à panser mes blessures secrètes. Ils méritaient bien que je leur consacre quelques lignes. »

Nathalie Gendreau

Éditions Glyphe, février 2021, 100 pages, à 10 euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest