“Mémé Casse-bonbons – Petits arrangements avec la vie”, une grand-mère qu’on adore détester

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

 

Ça tanguait de rire et d’émotions au « Nez Rouge » ! En tournée dans toute la France avec son « Mémé Casse-Bonbons – Petits arrangements avec la vie », mis en scène par Alexandre Delimoges, Anne Cangelosi a déposé ses valises pour sa dernière date de saison sur le bateau-théâtre de Gérald Dahan. Dès l’apparition de la comédienne en vieille femme acariâtre et caustique, la magie opère. L’accent marseillais, les remarques acerbes, les mimiques tordantes, tout accroche l’intérêt. Sans être inédit, le personnage de Joséphine est unique, attachant et tellement crédible que l’on aimerait grimper sur scène pour la réconforter. Nous aussi, public ému, on veut bien être son amie !

Provençale octogénaire, Joséphine enterre son mari. De retour chez elle, elle se retrouve seule avec son chien empaillé et ses souvenirs nostalgiques en toiles d’araignée qui mériteraient bien un vigoureux coup de balai. Alors, Joséphine se raconte en étapes qui ont marqué son existence, sa rencontre avec l’homme qu’elle aimera passionnément malgré ses infidélités. Elle n’a aucune preuve, mais les œillades énamourées de la voisine ces années durant lui en ont dit long sur la coupable relation. Le poison de la jalousie instillé, Joséphine en développera une philosophie caustique, où méchanceté amère et ironie acerbe tiennent la dragée haute à son entourage, et surtout à ses souffrances de femme meurtrie. Puis les émotions la submergent, elle se rappelle la perte de son enfant unique, mais aussi une nuit d’amour fugitive avec un Allemand en perdition à la fin de la guerre. Elle peut faire la fière, sacrifier les travers de la société sur l’autel de son bon sens implacable, arrondir ses fins de mois en vendant des sex toys, marché plus lucratif que les Tupperwares, s’étourdir dans les volutes de joints, l’alcool du porto ou les épisodes d’Amour, Gloire et Beauté, le masque endurci se craquèle, laissant poindre des émotions trop longtemps contenues. 

Anne Cangelosi tient son personnage sur le bout du cœur, tout en justesse et véracité. Point de sentimentalisme ni de méchancetés gratuites, Mémé Casse-Bonbons se fait voix de toutes ces personnes âgées qui ont mal à leurs souvenirs, remplies d’amertume par toutes ces années passées à ressasser, transformant peu à peu un être candide et amoureux en revêche revanchard. Derrière une mine peu avenante et des réparties décapantes, l’humoriste déploie une palette d’émotions, sachant déclencher éclats de rire et élans de tendresse à tour de rôle. Tout au long du show, elle passe au crible toutes les couleurs des sentiments. Avec équilibre et subtilité, le tempérament de Joséphine et la force de ses confidences aux effluves d’aïoli et aux stridulations des cigales font rentrer avec bonheur un peu de Sud dans le cœur d’un public conquis. Qui, à la fin, n’adopterait pas cette mémé hors pair qui n’a ni son accent marseillais dans sa poche ni son ton inconvenant dans son mouchoir à carreau qu’elle brandit comme pour nous prendre à témoin ?

« Mémé Casse-Bonbons » est davantage qu’un spectacle enthousiasmant qui fait passer un excellent moment depuis 2012, c’est une identité qui se construit sur les fondations d’une histoire. Derrière les traits de Joséphine, Anne Cangelosi se coule dans ses propres souvenirs d’enfants du pays, puisant dans les traditions du terroir des expressions et des anecdotes tantôt acidulées tantôt piquantes. Mémé Casse-Bonbons, c’est aussi une identité qui perdure et se déploie en consistance avec son deuxième opus « On n’achève pas les vieux ! ». Ce retour aux facéties d’une mémé pas comme les autres évoque les maisons de retraite. Joséphine, ayant un peu malmené son neveu de six ans, y est conduite de force. Loin de capituler, elle va montrer de quel bois elle se chauffe ! Encore une croustillante occasion pour notre mémé préférée de dénoncer l’hypocrisie d’une société qui n’évolue pas aussi bien qu’elle le souhaiterait. Dans l’espoir de revoir Mémé Casse-bonbons dans d’autres aventures, il est toujours temps d’aller lui rendre une petite visite au Festival Off d’Avignon.

 



« Mémé Casse-Bonbons – Petits arrangements avec la vie »
 
Auteur : Anne Cangelosi et Alexandre Delimoges
Avec : Anne Cangelosi
Mise en scène d’Alexandre Delimoges
Co-Production : Cajar et Aprim 360

Du 7 au 30 juillet 2017, au Festival Off d’Avignon au Théâtre Le Forum pour ses « Petits arrangements avec la vie » et au Théâtre de l’Observance pour « On n’achève pas les vieux ! »

Durée : 1h17.

 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *