« Lettre à l’autre », Colette Bitker

 

Extrait

« Je rêve d’un livre
mélange de mots et d’images…
j’accumule des phrases et des
dessins le soir, les jours de
malaise… seule dans l’atelier
que mon agitation remplit !
Est-ce à moi que je fais plaisir ?
Monsieur en vous écrivant
Je me pose cette question
Bonjour
et
bonsoir.

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

 

« Pour moi écrire et peindre c’est vivre et lutter chaque jour contre la mort… Mais c’est aussi rêver. » Dans cette courte phrase relevée dans son dernier ouvrage « Lettre à L’autre » (éd. Michel de Maule), l’artiste peintre Colette Bitker a ramassé en peu de mots ce qui la constitue, et la fait avancer et s’interroger. Une mise à nu subliminale entre textes en fragments et dessins de femmes le plus souvent dénudées qui s’adresse à un autre, à cet inconnu à la consistance énigmatique, un « Monsieur » connu d’elle seule, apprivoisé par sa solitude infinie face à l’œuvre. Un Autre sublime et parfait qui s’offre en miroir de son âme créatrice. Un amour profond et vivifiant, coloré et doux, pour cet Autre qui la guide sur son chemin pictural. Un livre poétique, beau à regarder et à lire, qui pousse à la rêverie des émois et à la nonchalance du corps. Sensuel et nostalgique.

L’Autre accompagne l’artiste tout au long de ce voyage créateur pluriel, retranché derrière un silence discret et bienveillant. Les textes manuscrits de Colette Bitker courent sur le papier, se déployant en courbes nerveuses et équilibrées. C’est un torrent de lettres en suspension qui ajournent l’explication, qui retardent le fin mot de la pensée, un combat intérieur entre la confession et l’évocation anodine. Seulement, même l’anodin se vêt de mystère sous les pinceaux vifs, précis, délicats de Colette Bitker, qui sait unir le rêve et le concret, la rondeur d’un sein, la sensualité d’une intimité non révélée. Inspirée par un cœur palpitant, les couples nus du peintre s’entrelacent, se délacent, s’observent, se caressent, s’épousent en forme et en lumière dans laquelle elle aime se fondre jusqu’à l’oubli de soi. Mais soi resurgit toujours, plus vivant que jamais, plus fort que toujours, dans ce livre qui s’apparente à un dialogue intérieur, à la recherche de l’acutesse de son regard d’artiste et de femme. Un sujet rebattu, mais si essentiel qu’il est chaque fois inédit, réalisant l’exploit d’être en même temps unique et universel.


Née à Paris en 1929, le temps des années folles et sans complexe, Colette Bitker suit ses études à l’École Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et devient illustratrice (livres scolaires et éditions pour enfants). En 1956, elle s’installe à Bruxelles, où elle vit et travaille toujours. Elle participe à de nombreuses expositions de groupe en France, en Belgique, Hollande et États-Unis. Ses œuvres sont présentes dans les collections de l’État belge, aux musées d’Art Moderne de Bruxelles et de Liège, dans les collections de la Banque Lambert et de la Banque Nationale de Belgique et dans de nombreuses collections privées en France, Belgique, États-Unis, Suisse, Espagne et Italie. Trois grandes monographies lui ont été consacrées et elle est co-auteur de plusieurs ouvrages, les derniers avec Ludovic Janvier (2004) et Philippe Robert Jones (2012). En 2014, elle fait paraître Une chemise blanche dans le Vercors, aux éditions Michel de Maule, où elle relate un épisode très précis de son enfance sous l’occupation allemande en France.


Éditions Michel de Maule, Collection Esthétique-Peinture, novembre 2016, 32 euros, 168 pages.

Découvrir l’univers de Colette Bitker.



 

1 thought on “« Lettre à l’autre », Colette Bitker

  1. Qu’elle envolée ! Cela donne envie de découvrir ce livre et cet auteur… La puissance des mots au service de l’Art ! Merci Presta Plume !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *