« Les amants de Maulnes », Lyliane Mosca

 

Extrait

“Rachel fume la pipe sur les marches de sa maison. L’odeur du tabac blond lui rappelle l’homme qui venait la voir en secret quand elle n’était qu’une gamine de quinze ans. Elle attendait que ses parents partent à l’usine pour lui ouvrir la porte, le jeudi. Il ne venait que le jeudi. Plus âgé qu’elle d’une quinzaine d’années, il lui a appris l’amour. Elle était bonne élève. Elle en était amoureuse depuis ses quatorze ans. Depuis la fête de l’école, l’année du certificat. Il l’avait à peine remarquée, ce jour-là. Mais elle l’avait revu à plusieurs occasions, au village. Pour le 14 juillet. Pour la fête patronale. Lors d’un spectacle de cirque. Elle s’est amourachée de lui comme le font les adolescentes, avec toute l’émotion et l’innocence de son jeune âge quand elle croyait encore que les princes épousent les bergères.”

 

Avis de PrestaPlume ♥♥

Journaliste culturelle à l’Est éclair, Lyliane Mosca est aussi romancière. Son nouveau roman, Les amants de Maulnes, qui vient de paraître aux éditions Presse de la Cité, fleure bon le terroir. Un genre au terreau généreux qui nourrit de réalisme bucolique les histoires de famille, souvent compliquées et aux secrets toujours enfouis. Les romans de terroir éveillent dans la mémoire des impressions douces et pastel qu’on croyait avoir enterrées et qui ressurgissent tels des geysers aux couleurs vives. L’histoire des Amants de Maulnes fait partie de ces romans qui entend éclairer une région, un village, une famille, des mensonges, avec en toile de fond un château en ruine et une légende. Des personnages s’aiment et s’affrontent, se désolent et vivent avec leur peine, bon an mal an, jusqu’à ce qu’éclate la vérité… Le récit se noue et se dénoue sur trois générations, l’histoire suscite de la curiosité, l’écriture est agréable. Dommage que le cœur de l’intrigue ne vibre qu’en seconde partie, celle de la dernière génération.

Les soldats emprisonnés en Allemagne rentrent au pays. Jeannette attend Maxime sur le quai de la gare d’Ancy. Ils ne se sont jamais vus, la jeune fille était sa marraine de guerre. Le coup de cœur se transforme en grand amour. Alors tout s’enchaîne, les fiançailles et le mariage, malgré la stérilité de Jeannette. Une grande blessure personnelle qui engendrera l’inconcevable, un geste inouï de sa mère Rachel, la très belle guérisseuse du bois de Maulnes. Au-delà d’être belle, celle-ci sait manier les esprits. Ce don la conduira à la faute, avant de la pousser à la fuite, rejetée par sa fille. Peu après, un bébé est déposé devant la porte du couple. Jeannette et Maxime, aux anges, adoptent Héloïse, sans se poser plus de question… Jusqu’au jour où celle-ci veut connaître l’histoire de sa grand-mère disparue. Son enquête brisera un à un les verrous de ce si lourd secret qui étouffe les émotions.

L’histoire d’une famille qui se déchire, comme il en existe beaucoup. Une écriture fluide, qui coule comme une rivière dans son lit, au style sans débordement, là où un bouillonnement ou des rapides auraient relevé d’un ton l’intensité du drame, et ainsi suscité l’empathie du lecteur. Le scénario promettait pourtant. Des secrets de famille sur plusieurs générations pour épicer l’intrigue, une légende liée à la fée Mélusine, des amours impossibles et des destins malmenés. Hélas ! Si le décor est bien dessiné et le scénario bien amené, de l’étoffe a manqué à certains personnages, comme s’ils étaient restés au stade de l’esquisse. Maxime qu’on aurait voulu fort dans sa faiblesse voit sa dignité égratignée, il flotte dans l’histoire tel un bouchon dans l’eau au gré du courant et de celui qui tient la canne à pêche. A contrario, Héloïse possède une personnalité plus riche, sa vivacité et son ton impudent fouettent les événements qui prennent enfin vie dans l’imagination du lecteur.

En fait, deux parties constituent ce roman. La première installe le chevalet, les pinceaux, les couleurs, le peintre et son tablier devant un paysage pétrifié par les secrets. La seconde se colore d’actions inattendues, de bonnes intentions et de révélations à rebondissements. À la fin, quand l’artiste découvre la toile de son drap occulte, le tableau offre au regard curieux un bel ensemble harmonieux et plaisant, mais qui manque un rien d’originalité.

 

Éditions Presses de la Cité, Collection Terres de France, mars 2017, 345 pages, 20 euros.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *