« Le syndrome du Playmobil », la contagion du rire

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

 

S’il y a un syndrome dont on aimerait être frappé, c’est bien celui du Playmobil ! Il faut quand même réunir plusieurs conditions pour y parvenir. Choisissez par exemple Élodie Poux, une jeune humoriste pétillante comme ces petites bulles de champagne qui éclatent de plaisir dans la tête. Puisez votre inspiration dans une source intarissable que sont les enfants, de préférence en maternelle. Ajoutez-y un soupçon de délire généré par le comportement excessif des parents. Une dernière touche avec des glaçons colorés de cynisme et vous obtenez un spectacle sur l’éducation qui se savoure comme un cocktail renversant. Le sourire béat du Playmobil ne vous quitte plus.

« Le syndrome du Playmobil », c’est un peu plus d’une heure d’empathie joyeuse qu’éprouve le public envers l’ancienne animatrice périscolaire Élodie Poux qui confie sur scène ses douze années passées dans l’arène des fauves en culotte courte. Mais qu’on ne s’y trompe pas ! Si l’humoriste reconnaît détester les chats, elle adore les enfants au point d’avoir recueilli leurs merveilleuses réparties décalées ou amusantes. Par une écriture simple, crue et si vraie, elle touche juste, puisque tiré de l’expérience vécue et de l’observation des parents qui, « le cerveau en mode avion », s’ingénient le plus souvent à « construire des décérébrés ». Finalement, se promener dans un parc serait « un excellent moyen de contraception ». Il fallait y penser !

Mais qu’est-ce donc le syndrome du Playmobil ? « C’est ma philosophie de vie : garder le sourire malgré les difficultés que l’on rencontre dans sa vie », nous confie Élodie Poux, collectionneuse passionnée de ces petits personnages au sourire ineffable. L’humoriste est l’exemple vivant que le syndrome du Playmobil fonctionne, puisque ses rêves se sont réalisés. Il y a cinq ans, elle suit des cours sur l’art du conte et de l’expression corporelle pour ajouter une corde à son arc d’animatrice périscolaire. Le spectacle de fin d’année est une révélation pour elle. Elle écrit quelques sketches qui seront le fonds de commerce du spectacle futur, et gagne une « résidence théâtre » où elle peut plancher avec un metteur en scène de son choix sur l’écriture de son one woman show.

C’est ainsi qu’Élodie Poux se retrouve sur scène avec un spectacle caustique et malicieux qui pénètre avec délectation le monde de la petite enfance. En tenue désopilante, elle dégage une présence rayonnante et dégaine sa botte secrète : un rire communicatif. La morosité est persona non grata. Soit elle se retire dans une dignité silencieuse, soit elle se convertit en fanfare. Elle n’a pas le choix ! Et ce d’autant plus que le succès se propage comme une trainée de poudre. Celle qui compare le succès à une grossesse, c’est-à-dire « au nombre de fois qu’il faut baiser pour être enceinte », a ajouté la chance au talent. Le succès est bien là, à portée de rires.

Nathalie Gendreau

 


« Le syndrome du Playmobil »
Texte é
crit et joué par Elodie Poux
Mise en scène de Florent Longépé
L’Apollo
Théâtre , 18 rue Faubourg du Temple, 75011 Paris
Durée : 1 heure
Horaires :  tous les mardis à 20 h jusqu’au 26 décembre 2017.

 

[wysija_form id=”2″]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.