“Le jour d’avant”, Sorj Chalandon

Critique littéraire Sorj Chalandon Le jour d'avant édition Grasset

 

Extrait

“Venge-nous de la mine”, avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes. J’allais rendre leur dignité aux sacrifiés de la fosse 3 bis.

 

Avis de PrestaPlume “Coup de cœur”

 

Avec son nouveau roman Le jour d’avant (Grasset), l’écrivain Sorj Chalandon déterre l’histoire de la dernière grande catastrophe minière de France. C’était le 27 décembre 1974, un coup de grisou à la fosse 3 bis de Liévin, dans le Nord. Quarante-deux morts stupides et inutiles, quarante-deux gueules noires qui auraient pu ressortir indemnes des ténèbres poussiéreuses si les précautions les plus élémentaires avaient été prises. Alors journaliste à Libération, l’auteur avait été bouleversé par le destin brisé de ces hommes ensevelis, brûlés, asphyxiés, et de leurs familles défigurées. À cela aucune fatalité, mais le manque patent de sécurité et la course au rendement et au profit des Charbonnages de France. Michel Flavent est le héros de ce drame qui se dessine à la craie charbonneuse. Il perd son frère Jojo enseveli dans la catastrophe et ses parents dans le désespoir. Quarante ans plus tard, il nous raconte sa vie, son frère, la mine, l’accident, le malheur, une vie de faux-semblants et une soif de vengeance inéluctable. Quelqu’un doit payer !

Le jour d’avant ce 27 décembre 1974, ou plutôt la nuit d’avant, Joseph entraîne son frère âgé de seize ans sur sa mobylette pour faire une virée arrosée d’alcool de cerises. Michel est aux anges, il admire ce héros ordinaire qui brave la mort chaque jour. Mais voilà, le lendemain, la mine se révolte à 6 h 19 exactement. Jojo fait partie des survivants, mais il décède des suites de ses brûlures. Il sera oublié dans les hommages. Pour Michel, c’est l’outrage insupportable. Il passera des années à découper des articles sur l’accident, à nourrir son ressentiment. Alors qu’il rumine sa rancœur en secret, il tente de mener une vie heureuse avec sa femme Cécile. Lorsque celle-ci décède d’un cancer, il n’a plus rien à perdre. Il retourne incognito à Liévin et Saint-Vaast-les-Mines afin de retrouver le contremaître qui était chargé de la sécurité. Pour lui, frapper à mort cet homme serait l’occasion de rendre justice à tous les mineurs tués, mais surtout de faire ressortir la vérité et désigner les responsables au cours de son propre procès. Mais voilà, entre victimes et coupables, la frontière est mince. L’enquête révèlera que le poids de la culpabilité peut travestir les faits et que la réécriture de la vérité est une question de survie.

Sorj Chalandon est un magicien du style éruptif et du renversement de situations. Il raconte et l’on croit tout ce qu’il écrit. Il émeut avec son histoire de gueules noires sortie d’un fait réel, il prend aux tripes avec le drame que vivent Michel et sa famille. L’astuce narrative est brillante, car inattendue, et l’écriture, à l’image des hommes silicosés, se pare de quintes de mots rythmant le drame par saccades et fulgurances. L’atmosphère suffocante des terrils gagne au fil des pages, les mots se font suie, s’insinuent dans l’esprit, se collent aux poumons et consument le cœur palpitant. L’écriture est d’autant plus sensible qu’elle est simple et frappe juste, même dans le mensonge. Ce mensonge élevé au rang de vérité universelle est assis au banc des accusés. Qui doit être jugé de Michel ou des Charbonnages de France ? La vengeance peut-elle être le bras armé de la vérité ? L’emprisonnement et la délivrance avancent parfois sous le masque de la culpabilité. Rien n’est fatalité, tout est responsabilité !

Nathalie Gendreau

 

Editions Grasset, 16 août 2017, 332 pages, à 20,90 euros en version papier et  14,99 euros en version numérique.

 

Retour page d’accueil

 

[wysija_form id=”2″]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.