“Le Jaune et le Noir – Sur les pas de Stendhal”, Nicolas Saudray

 

EXTRAIT

Alors, on épouse une petite juive pour faire bouillir la marmite ?” Cette raillerie émanait d’un membre du cénacle de jeunes gens à la mode où Léon passait le meilleur de son temps. Le vicomte de Lantenac, un bellâtre moustachu, n’était pas méchant, mais se croyait fort au-dessus d’un duc d’Empire, et manquait singulièrement de tact. Léon se dressa. “Monsieur, dit-il au lieu du tutoiement habituel, vous m’en rendrez raison par les armes. Sachez en attendant que la juive ne se contente pas d’être riche. Elle se trouve être aussi jeune et jolie, ce qui suffirait à justifier mon choix. Sachez aussi que sa culture, nourrie des meilleurs auteurs, dépasse largement la vôtre, à supposer que vous en ayez une.” 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

 

Le Jaune et le Noir – Sur les pas de Stendhal“, de Nicolas Saudray, est une invite à un beau voyage intemporel, celui de la quête d’un amour vrai à une époque où l’affaire du mariage était un petit arrangement entre familles. L’une offrant un titre et un rang, et l’autre effaçant les dettes. Au point tel que l’argument d’une mésalliance s’inclinait devant l’absolue nécessité. Un thème cher au cœur et à la plume de Stendhal qui avait imaginé une suite à son roman “Le Rouge et le Noir“, une fresque amoureuse dans les tourments de l’histoire de la première moitié du XIXe siècle et dont Nicolas Saudray a poursuivi l’idée.

Nicolas Saudray, déjà auteur de deux essais historiques, nous fait revivre là, avec un souffle épique et journalistique, un pan de l’histoire de la fin de l’Empire napoléonien jusqu’à la Révolution de juillet de 1830. Il y met en lumière la vie de deux familles, l’une française, l’autre allemande, sur deux générations. L’originalité se conjugue au pluriel avec le point de vue dominant de Minna, jeune fille juive du Brunswick (en Allemagne), qui parcourt l’Europe et l’Afrique du Nord pour se marier par amour, et avec l’apparition dans le récit de Henri Beyle, en passe de devenir Stendhal, le confident de la mère et l’un des soupirants de la fille.

Traugott Jungbluth, banquier et rabbin, œuvre à la réconciliation avec les chrétiens. À sa mort, Minna hérite de sa fortune et de son rêve. Un legs moral qui la prédestine à entrevoir un mariage avec un chrétien. Las des prétendants ternes juifs, elle s’installe avec sa mère à Paris, où on lui présente Léon, un fringant cavalier, beau et intelligent, mais désinvolte, à la morgue railleuse et dépensier par désœuvrement. Le cœur de Minna s’emballe, celui de Léon joue la modération, n’entendant rien au romantisme. De guerre lasse, Minna s’imagine un autre fiancé et s’entête à chercher ailleurs un amour désintéressé. Une ambition incongrue dans un monde de convenance et d’artifice, qui va sceller son destin.

La fresque romanesque passionnante est dépeinte sans avalanche de bons sentiments. La passion est bienséante, accentuée par la distanciation du narrateur qui exalte les pensées avec délicatesse. Les personnages au caractère ciselé, dignes représentants de leur époque, emportent l’intérêt et l’attachement. L’auteur sait faire aimer chacun d’eux, en particulier Stendhal envers lequel sa tendresse est patente. Quant à la fresque historique, qui résonne des clairons guerriers et des trompettes du pouvoir, elle est surhaussée des couleurs festives de Paris et de Rome. Alors n’hésitez plus ! Voyagez au bras de Stendhal pour découvrir cet intéressant théâtre politique d’une époque qui concédait enfin une juste place à la communauté juive, lui laissant espérer une paix et une liberté durables.

Éditions Michel de Maule, septembre 2016, 316 pages, 22 €.

 

Nicolas Saudray a été successivement directeur d’administration, chef d’entreprise et conseiller à la Cour de cassation. Pendant six ans, il a présidé la Bibliothèque nationale à titre bénévole. Il a publié dix romans et deux essais : “1870, 1914, 1939 – Ces guerres qui ne devaient pas éclater” et “Nous les Dieux, essai sur le sens de l’histoire“, chez le même éditeur Michel de Maule.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *