“Goodbye Wall Street”, du rire en barre

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥♥

 

Au Théâtre du Petit Gymnase, le Studio Marie Bell retentit d’éclats d’une vie de trader passée à jongler avec l’argent des autres avec habileté et réussite. « Goodbye Wall Street » est un fringant one-man-show théâtralisé, dopé au bonheur de Fouad Reeves d’être à sa place, sur les planches. De son passé de trader sous pression, le comédien a conservé l’énergie électrique, poussé au paroxysme mais sans jamais disjoncter… complètement, qu’il polarise au profit du show. Et quel show, du grand art ! Pour relater son parcours depuis ses rêves d’enfance jusqu’aux salles de marchés à Paris et New York, il incarne à deux cents à l’heure quatorze personnages dans leurs travers caricaturés à l’outrance éloquente. Si les traits sont grossis à la loupe déformante, ils sont servis par des mots qui ne sont jamais grossiers. Ceux-ci sont plutôt aiguisés à la meule de l’intelligence pour toucher juste et bistournés de leur sens pour créer jeux de mots et situations déjantées. La performance d’artiste complet et l’intensité du texte sont amplifiées grâce à la juste folie d’une mise en scène millimétrée de Dominique Coubes.

« Goodbye Wall Street » est l’autobiographie jubilatoire d’un jeune homme à qui la bonne fortune souriait, mais qui se sentait trop à l’étroit dans sa peau de trader. À tirer pendant 15 ans sur la corde d’une vie sans âme, une vie qui ne lui ressemblait plus, Fouad Reeves craque. “Grâce” à ce burn-out, il se réconcilie avec son rêve d’enfant d’être comédien, un rêve qu’il avait mis en sommeil depuis son MBA de Finances des marchés en poche et malgré une première formation de théâtre classique. Depuis la crise financière des subprimes en 2006, ils sont nombreux ces traders qui, las de jouer cette vaste comédie dramatique des marchés financiers, cherchent en eux d’autres ressources, plus saines, plus épanouissantes, comme pris de cette furieuse envie de témoigner de leur vie de trader… et de tourner la page. C’est en 2015 que Fouad abandonne, totalement et sans regret, un métier sans plus de saveur pour un autre encore plus aléatoire, mais en accord avec sa passion.

Sous une direction efficace de Dominique Coubes, Fouad nous raconte son histoire atypique et inspirante en commençant par la fin d’un chapitre… qui s’ouvre avec tendresse sur l’annonce à son père de son changement de vie radicale, promise aux difficultés de l’intermittence. En toute confidence explosive, il rembobine ses souvenirs sans temps mort : l’enfer de son job de trader avec des collègues en concurrence, ayant perdu le sens des réalités sur le chemin de l’argent virtuel et facile ; son patron, un monstre froid cynique qui se défonce à la poudre dans le nez ; un prof de théâtre à l’accent allemand inflexible et aux mœurs inquiétantes, un entraîneur de rugby à l’accent de terroir qui évoque les ripailles de la troisième mi-temps.

Avec ce spectacle émouvant et irrésistiblement drôle du début à la fin, Fouad Reeves confirme un talent d’écriture indéniable. Mais cette appréciation se conjugue aussi au pluriel, à en juger la concrétisation de son rêve depuis qu’il a vu « Chantons sous la pluie », à neuf ans : être un artiste complet du music-hall. Ainsi, non seulement il fait rire, mais il chante, il danse, fait des claquettes, interprétant des personnages qui ont jalonné son parcours. Seul sur scène, il donne l’impression d’être plusieurs, changeant de peau et d’accent à la vitesse supersonique, à vous décoiffer les neurones ! A la Jim Carrey, son visage élastique se déforme à volonté, provoquant l’hilarité. Si Fouad se démultiplie avec brio, n’épargnant personne, à commencer par lui-même, il n’en reste pas moins authentique dans sa passion pour la comédie, humble et attendrissant dans l’accueil des applaudissements. Une attitude face au succès montant qui est la signature humaine et artistique d’une valeur sûre.

 

Nathalie Gendreau


 

« Goodbye Wallstreet »
 

Distribution

Avec : Fouad Reeves.

 

Créateurs

Auteur : Fouad Reeves
Mise en scène : Dominique Coubes
 

Tous les jeudis à 20 heures, jusqu’à fin décembre 2018.

 

Au Théâtre du Gymnase, 38 Boulevard Bonne Nouvelle, Paris 75010.

 

Durée : 1h20.

 

Retour page d’accueil

 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.