« Électre 21 », Romel

 

Extrait

Quel endroit lugubre ! Tout est vieux ici. Se rendent-ils compte qu’ils sont dépassés ? Tout sera numérisé et consultable par Internet. Combien d’emplois encore anéantis, combien de lieux comme celui-ci vont-ils bientôt fermer dans le monde ? Les Américains ont commencé à piller des archives mal gardées, des bibliothèques privées. Ils les rendront accessibles à leurs conditions et celles de leurs tribunaux. Plus grave encore, ils vont les traduire, les manipuler à leur gré. Se les approprier. C’est couru d’avance.
Et une évidence lui apparut. Les conversations avec son cousin l’avaient marqué. « Quel homme politique dans notre pays peut se dire plus attentif que lui à ces défis qu’il semble être le seul à comprendre et à relever ? »

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥

 

Avec son deuxième roman « Électre 21« , Romel s’impose comme un globe-trotteur de l’écriture qui abolit les frontières géographiques et temporelles. Sa vie organisée aujourd’hui en Asie, entre Phnom Penh et Bangkok, et son bagage dans le milieu des affaires et des gouvernements lui sont autant d’atouts pour instiller une atmosphère singulière à ce texte futuriste qui revisite le mythe d’Électre, une vengeance contre un membre de sa famille. Haine, vengeance, violence, un triptyque mythologique modernisé qui, sous l’écriture fulgurante et efficace de l’auteur, prend un tour 2.0 passionnant et addictif. En parallèle, la recherche d’un tableau de Picasso disparu lors de la Seconde Guerre mondiale donne une dimension historique et symbolique inattendue qui dynamise l’intérêt de lecture.

Avec sa société GlobalTrotter, Gratien Malo est le leader mondial dans les services et les technologies numériques. De toutes les confidences, de toutes les affaires, il est aux commandes d’un vaisseau numérique qui contrôle tout, lève les résistances et innove pour façonner un monde meilleur. Vu comme un visionnaire, il est écouté des plus grands et aimé de tous… Enfin presque. Quand la réussite s’affiche en grand, c’est la petitesse qui se trouve épinglée au pilori des ambitions déchues. Pour lors, la trahison dort dans le lit marital. La femme complote. Son mari trucidé, elle pourrait prendre le contrôle de la société avec le soutien de son amant, un affamé de gloire sans les épaules pour la porter dignement. Et, au milieu de cette guerre larvée qui prend son temps, trois enfants. Un fils disparu, et deux jeunes filles vivant dans un séisme émotionnel dévastateur. Heureusement, les amis sincères veillent au grain de folie du père pour le transmettre aux enfants.

Avec Électre 21, le monde de demain se dresse sur les fondations solides du présent. Le lecteur est immergé en 2020, dans un monde futuriste aux réalisations très élaborées. Cette anticipation de proximité permet d’entrer de plein fouet dans l’histoire, sans se soucier du réalisme ou de la pertinence qui sont une évidence. En filigrane se pose la question des dérives des continents du tout-internet et des secousses de la mondialisation des données personnelles. En fait, les prémices du glissement inéluctable vers un changement de civilisation avec tous les défis qu’ils emportent. Le style simple, direct, rapide de Romel est à l’image du héros. Il entraîne le lecteur dans un tourbillon de points de vue, d’émotions et de technicités. Un moment de lecture très agréable, renforcée par une incursion captivante dans le milieu de l’art au travers de cette période sombre de l’histoire où les nazis dépouillaient l’Europe de son patrimoine culturel.

 

Éditions Daphnis et Chloé, 23 mars 2017, 18 euros, 258 pages.



 

1 thought on “« Électre 21 », Romel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *