« 2 Mètres 74 », un quartet au diapason

 

THÉÂTRE & CO 

 

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

 

Nicolas Georges et Frédéric Jacquot. © B. Pons.

La capacité du Studio Hébertot est l’écrin parfait pour cette nouvelle comédie de mœurs psychologique qui dévoile, derrière le rire, comment un événement inattendu peut bouleverser une vie qui a renoncé à ses rêves. « 2 Mètres 74 » est le nom de cette pièce de Martine Paillot, à l’écriture saillante et nerveuse qui manie l’humour au fouet pour réveiller les illusions de deux amis. L’un, Pierre (Nicolas Georges), traîne le matin sa lassitude jusqu’à son bureau de banquier et le soir jusqu’à son domicile de petit bourgeois où sa femme le méprise. L’autre, Vladimir (Frédéric Jacquot), ne vibre que pour le cheval de course et les paris, mais a les poches et le cœur vides. L’arrivée d’un imposant piano Steinway & Sons de 2,74 mètres dans son studio riquiqui va chambouler son espace et sa vie. Mais pourquoi diable la concertiste de renommée internationale, Jeanne Donati, une amourette de jeunesse, lui a-t-elle légué son piano ? Un mystère qu’il tente de démêler avec son ami d’enfance qui semble plus affecté que lui de cette perte soudaine. Les souvenirs refluent, les confidences aussi, quand surgit Alma (Leïla Tabaï, ce soir-là), la fille de la concertiste, en conflit avec sa mère dont elle n’a connu que l’absence et les notes de musique. Elle veut à tout prix récupérer le piano…, un père et peut-être aussi cette tendresse complice dont la passion de sa mère l’a tant privée !

Leïla Tabaï, Frédéric Jacquot, Nicolas Georges "2 mètres 74" au Studio Herbertot théâtre, critique, chronique
Leïla Tabaï et Frédéric Jacquot. © B. Pons.

On l’aura compris, « 2 Mètres 74 » est l’envergure de ce piano à queue imaginaire. Grâce à cette illusion omniprésente, cet encombrant instrument joue la partition de trois tranches de vie bousculées. Si la pièce a été écrite sur mesure pour le comédien Frédéric Jacquot, féru de chevaux de course, elle met aussi au diapason plusieurs passions dévorantes, assumées ou non. Ce genre de passion qui devient le maître, gouverne les comportements et fait le nid de la souffrance dans le cœur des proches. Alma a été une enfant délaissée par sa mère concertiste dès lors qu’il est apparu évident qu’elle n’égalerait pas la grande Donati au piano. Un rejet doublé d’un non-dit sur son origine paternelle. Ce legs ravive aussi chez Pierre une passion réprimée pour son unique amour, Jeanne Donati, et la musique de Mozart. Alors que pour Vladimir, ce piano est un bien marchand inespéré qui, vendu, lui permettra de régler ses dettes et de prendre des parts dans un cheval de course. L’arrivée de ce personnage central, l’évanescence de la concertiste adulée, va entraîner des prises de conscience du temps qui passe, des rêves enfouis ou inaccessibles à reconquérir, de l’importance de l’amitié, de ses responsabilités dans les relations humaines. Ce piano est le catalyseur de tous les espoirs de trois êtres en recherche d’une vie qui leur ressemblerait.

 

Leïla Tabaï, Frédéric Jacquot, Nicolas Georges "2 mètres 74" au Studio Herbertot.
Frédéric Jacquot, l’auteure Martine Paillot, Nicolas Georges et Leïla Tabaï.       © N. Gendreau

La mise en scène de Frédéric Jacquot cristallise toutes les attentions sur ce piano absent qui s’impose par là même comme un quatrième acteur, matérialisé sur la scène par du ruban adhésif fixé au sol. L’action se déroule autour de ce symbole personnifié qui représente de l’argent pour le premier personnage, un amour perdu pour le deuxième et l’absence pour le troisième. Cette magie s’opère instantanément et se renforce au fil des rebondissements, des confidences et des querelles. Dirigés par Philippe Chevallier, les acteurs sont d’égale puissance dans l’émotion par leur silence, leur joie communicative, leur tristesse mêlée de colères, et leurs rêves retrouvés. Frédéric Jacquot est attendrissant en campant un Vladimir si flamboyant dans son rapport avec les chevaux et si gauche avec les sentiments. En incarnant l’ami fidèle et le banquier protecteur, Nicolas Georges parvient à s’entourer de mystères avec ses regards rêveurs et sa ferveur qui monte crescendo. Quant à Leïla Tabaï, elle donne corps à Alma en lui prêtant vie par son énergie, et en composant un cocktail explosif à base de fraîcheur candide et de violence révoltée. Il flotte sur la scène un réel plaisir de jouer des acteurs qui nous racontent une histoire à laquelle on adhère jusqu’à la ligne d’arrivée. Un théâtre comme on aime, où la narration ne se contente pas de servir le rire, mais de le porter comme un élément constitutif d’un tout. Un pari gagnant !

Nathalie Gendreau


 

« 2 Mètres 74 »


 
Distribution

Avec : Frédéric Jacquot, Nicolas Georges, Élisa Birsel en alternance avec Leïla Tabaï.

 

Créateurs

Auteur : Martine Paillot
Mise en scène :  Frédéric Jacquot
Directeur d’acteurs : Philippe Chevallier

Du jeudi au samedi à 19 heures, jusqu’au 23 juin 2018.

 

Au Studio Hébertot, 78 bis, Boulevard des Batignolles, Paris 75017.

 

Durée : 1h20.

 

Retour page d’accueil

 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *