« Isabeau de Limeuil, la scandaleuse », Isabelle Artiges

Extrait (pages 56-57)
« Une grande quiétude régnait à Lanquais. Gilles de La Tour avait compris depuis longtemps que cette réforme ne concernait que les gens lettrés, ayant quelque intérêt à s’allier entre eux pour commercer, échanger, avoir l’appui de Henri de Navarre, leur suzerain, pour un jour prendre le pouvoir dans le royaume. Les paysans suivaient leur seigneur. Trop occupés à survivre dans un monde si dur, ne sachant pas où s’arrêtaient les superstitions et où commençaient les textes sacrés, ils mélangeaient cet ensemble pour en obtenir une sauce à leur manière. Gilles de La Tour était décidé à rester dans la religion de ses parents. Il avait le soutien de la reine mère, cela valait tous les grands discours. Il l’avait vue à l’œuvre et connaissait son habileté et sa force pour défendre et protéger ses fils. Elle possédait le pouvoir d’une louve aux crocs d’acier, et saurait un jour remettre de l’ordre. « 

« Isabeau de Limeuil, la scandaleuse », Isabelle Artiges

Avis de PrestaPlume ♥♥♥♥

Avec ce dernier roman historique, « Isabeau de Limeuil, la scandaleuse », aux éditions De Borée, Isabelle Artiges plonge son héroïne en pleine guerre de religion. Au-delà du destin prodigieusement romantique d’Isabeau de Limeuil, ce sont les fractures intestines d’un peuple français désuni devant Dieu qui sont décrites. L’écriture imagée, cinématographique, nous donne à visualiser les scènes, les plus torrides comme les plus cruelles. Les hommes sont des loups entre eux, c’est bien connu. Mais, dans ce roman, la scission religieuse apparaît comme une scission plus politique – notamment la guerre sans merci que se sont livrés les de Guise et les Condés – qui a provoqué des milliers de morts, des gens de hautes lignées comme de pauvres quidams. Racontée à deux voix, en alternance entre le narrateur et Isabelle, la servante et également sœur de lait d’Isabeau, l’histoire se construit dans une temporalité double et progressive entre 1550 et 1610. Enlevé, documenté et passionnant, ce roman maintient l’intérêt jusqu’au bout, donnant du grain à moudre à la curiosité qu’il suscite. Que l’on soit familier ou pas de cette époque particulière de la Renaissance, on ne peut qu’être happé par la grande et la petite histoire qui s’enchâssent si bien.

Résumé

Dans les années 1550, la fervente catholique Isabeau de Limeuil quitte son Périgord natal pour devenir, à seize ans, demoiselle d’honneur de sa cousine, Catherine de Médicis. Elle a la beauté diaphane et l’esprit vif et affûté que la reine mère compte bien utiliser au profit de sa politique de pacification du royaume. Pour tout connaître des intrigues dans cet immense château du Louvre, encore en travaux, « l’Italienne » s’est constitué un régiment de jeunes filles de haute noblesse, au joli minois et point sottes, appelé « escadron volant ». Sans se douter d’être un instrument politique, Isabeau de Limeuil s’éprend d’un homme de moindre noblesse, mais renoncera à ce grand amour. Elle a pour ordre de séduire le prince de Condé, un grand chef de guerre huguenot qu’il convient d’amadouer. Ne manquant pas d’armes de persuasion, Melle de Limeuil fera tant et si bien qu’elle parviendra à lui faire signer un traité de paix. Et l’amour, dans tout cela ? Étrangement, il est pour beaucoup dans l’affaire. Peut-être trop, puisque la jeune fille tombera enceinte. Or, à la cour, quand on compte parmi l’escadron volant de Catherine de Médicis, « l’enflure du ventre » est cause de scandale impardonnable !

Pour approfondir

Pure dans sa foi, mais scandaleuse par devoir, Isabeau de Limeuil aura eu une vie extraordinaire. Comme sa sœur plus effacée, la jeune provinciale, descendante de la branche de La Tour d’Auvergne, aurait dû prendre mari et assurer la continuité de leur lignée. Mais sa beauté la propulsera au cœur du pouvoir, bien malgré elle. Au travers de ce personnage historique et de son destin, nous assistons à la montée en puissance des affrontements jusqu’au massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572, le paroxysme de l’horreur relaté à travers le vécu de la servante. En évoquant une femme de son temps, qui a contribué – à son niveau – à l’écriture de l’Histoire de la France du XVIe siècle, Isabelle Artiges met en lumière une époque aussi raffinée que cruelle, aimant aussi bien la bagatelle que la mise à mort au nom d’une religion. Elle nous donne à voir un règne finissant des Valois, une Reine mère omnipotente, manipulatrice, qui préfère une paix marchandée, même mal, plutôt qu’une guerre meurtrière… ; l’auteure nous donne à comprendre la montée du calvinisme dans toute l’Europe, les intérêts personnels à la poursuivre jusqu’au dernier des vivants. Cette époque tourmentée s’invite chez soi, mêlant violence et beauté dans une étrange union, confrontant le sacrifice d’un peuple à celui d’une vertu au nom d’une cause supérieure. Quel est le véritable scandale ?

Nathalie Gendreau

Éditions de Borée, Collection Vents d’histoire, 2 septembre 2021, 272 pages, à 17,90 euros.

1 réflexion au sujet de « « Isabeau de Limeuil, la scandaleuse », Isabelle Artiges »

  1. Les mêmes causes produisent t-elle toujours les mêmes effets ? La désunion devant Dieu n’est t-elle pas l’erreur tragique que les hommes devraient éviter à tous prix, à toutes les époques ?

    Le livre d’Isabelle Artiges donne peut-être la réponse à cette difficile question … mais s’il a réussi à obtenir « 4 cœurs » de Nathalie Gendreau c’est une référence.

    Ce qui est certain, c’est qu’une promenade dans la Renaissance ne peut que faire du bien à nos neurones fatigués par l’immédiateté de la vie qu’on nous propose (qu’on nous impose?) et à nos yeux fatigués par l’abus des écrans désormais inévitables. La lecture est donc une thérapie globale… et il y a tellement de bons livres, notamment dans les recommandations de Nathalie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest