“Ainsi vont les jours”, Georges Memmi

CHRONIQUE
Pour son nouveau roman « Ainsi vont les jours », Georges Memmi s’intéresse au huis clos introspectif d’un patient – le narrateur – qui se voit « dépossédé de lui », puisque privé de sa liberté de mouvement dans une chambre de l’hôpital des Bosquets, à la suite d’une très mauvaise chute. Quand il reprend conscience, il est confronté à la douleur violente et à l’immobilisation sans horizons, si ce n’est celui qui tantôt le nargue par la fenêtre, tantôt l’appelle aux fantasmes. Cet écrivain en chômage technique a deux solutions : ou il s’abandonne aux diktats de l’hôpital, subissant l’inconfort d’être manipulé sans ménagement ou un regard de compassion, et acceptant d’en prendre son parti jusqu’à la convalescence. Ou il prend en main son mental pour faire l’hôpital buissonnier et convoquer passé, présent et futur afin de réécrire son histoire personnelle. Et, en arbitre de ce nouveau terrain de jeu fantasmé, un autre « moi » qui devient « l’autre » prêt à siffler sans concession tout débordement.

Lire la suite →